GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le gouvernement inclut le dossier corse dans la future réforme constitutionnelle

    media La ministre française en charge du dossier corse, Jacqueline Gourault, le 5 janvier 2017 à Ajaccio. PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

    Le dialogue entre les nationalistes corses et le gouvernement français a débuté. La ministre Jacqueline Gourault a rencontré les élus de la nouvelle collectivité, vendredi 5 janvier 2018. Un premier dialogue « constructif » et « positif », ont estimé les deux parties, avec notamment l'annonce que le dossier corse ferait partie de la prochaine révision constitutionnelle générale voulue par Emmanuel Macron. Mais il reste de profonds points de divergence.

    De notre envoyée spéciale à Ajaccio,  Marine de La Moissonnière

    Une réussite politique. Voilà comment les nationalistes présentent l'inclusion du cas corse dans la future révision constitutionnelle française. La majeure partie de leurs revendications nécessite en effet une réforme de la Loi fondamentale.

    Or, « on est aujourd'hui, clairement, en présence d'un déblocage de la question constitutionnelle, ce qui n'est pas rien, et ce qui est de bon augure », estime Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse.

    « Un peuple qui compose la France et qui, lui-même, a des aspirations »

    Ce que propose Paris, c'est de renforcer le droit à la différenciation ouvert à tous les territoires français, pas qu'à la Corse. Cela permettra de répondre à quelques demandes des nationalistes. Mais pas à toutes.

    « Il y a bien sûr le désir des Corses, les revendications, mais il y a aussi, je dirais, un peuple qui compose la France et qui, lui-même, a des aspirations, des légitimités, une histoire aussi », explique Jacqueline Gourault.

    Co-officialité du corse : « La langue de la République, c'est le français »

    Selon la ministre en charge du dossier corse, rattachée au ministre de l'Intérieur, il y a donc « des choses sur lesquelles nous ne pourrons pas aller, par exemple la co-officialité de la langue corse. La langue de la République, c'est le français. »

    Le bras de fer ne fait que commencer. Les dirigeants nationalistes seront reçus par le Premier ministre, à Paris, le 22 janvier. Puis, le 6 février, Emmanuel Macron se rendra en Corse pour les 20 ans de l'assassinat du préfet Erignac.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.