GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Juillet
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Attentat de la rue Copernic: non-lieu pour Hassan Diab, le parquet fait appel

    media Le seul suspect de l'attentat, le Libano-Canadien Hassan Diab, le 24 mai 2016 lors de son arrivée au palais de justice à Paris. BERTRAND GUAY / AFP

    En France, les juges d'instruction chargés des investigations sur Hassan Diab, principal suspect de l'attentat de 1980 contre la synagogue de la rue Copernic à Paris, ont prononcé, vendredi 12 janvier, un non-lieu et ordonné sa libération immédiate. Cet attentat avait fait quatre morts et une quarantaine de blessés.

    Un non-lieu qui est une véritable surprise tant Hassan Diab a toujours fait figure de principal auteur de cet attentat meurtrier. Mais les juges d'instruction se sont rendus à l'évidence : près de quarante ans après les faits, il n'existe pas de charges probantes permettant de le poursuivre devant une cour d'assises.

    L'attentat non revendiqué de la rue Copernic avait été attribué à un groupe proche du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et en 1999 les services de renseignement français avaient identifié Hassan Diab comme étant le probable poseur de bombe.

    Installé au Canada, professeur de sociologie très estimé, ce n'est qu'après un long combat judiciaire qu'il avait été extradé en 2014. Plaidant qu'il se trouvait à Beyrouth au moment des faits, il avait néanmoins été inculpé et placé en détention.

    Les investigations des magistrats français concluent aujourd’hui qu'il se trouvait vraisemblablement au Liban en 1980, d'où cette libération. Une remise en liberté qui n'est pas du tout du goût du parquet qui a aussitôt fait appel de la décision. Le ministère public ayant toujours requis le renvoi d’Hassan Diab devant les assises.

    Archive RFI à relire : Attentat de la rue Copernic : les dédales d'une longue enquête

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.