GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 27 Mai
Lundi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Migrations: Calais attend de pied ferme le président Macron

    media Des migrants à l'entrée de la ville de Calais, novembre 2017 (photo d'illustration). PHILIPPE HUGUEN / AFP

    La ville symbolise la crise migratoire en Europe. Emmanuel Macron se rend, ce mardi 16 janvier 2018, à Calais dans le nord de France. Il y a un peu plus d'un an, la « jungle » s’y élevait encore. Un immense bidonville qui abritait dans des conditions très précaires des milliers de migrants. Le chef de l’Etat vient défendre sa politique migratoire. Il rencontrera aussi des chefs d’entreprise et l’équipe municipale.

    Avec notre envoyé spécial,  Stéphane Lagarde

    Le Touquet, où le couple Macron détient une propriété, n'est pas loin de là. C'est donc presque en voisin que le président français est attendu à Calais ce mardi. Un voisin sur lequel on peut compter pour dynamiser la région.

    Natacha Bouchart, maire de Calais, a rencontré en amont les trois ministres qui accompagnent Emmanuel Macron : Gérard Darmanin pour les Comptes publics, Nicole Belloubet pour la Justice, et surtout Gérard Collomb à l'Intérieur.

    Elle défend avec force le projet de loi sur l’immigration et l'asile à venir du ministre de l'Intérieur. Car la ville souffre, notamment de son image. A Dieppe, ville voisine, les barbelés pullulent pour éviter un « nouveau Calais ».

    Revoir les accords du Touquet

    Nicolas Langlois, maire de Dieppe, rappelle que « les Anglais participent à la sécurisation » sur toute la côte. « Pour la gare transmanche à Dieppe, je crois qu’il y a un million d’euros de travaux qui sont financés par les Anglais. »

    Pour Dominique, retraitée dieppoise, les Anglais doivent honorer les accords du Touquet : « Ils nous donnaient énormément d’argent. S'ils veulent qu’on continue à maintenir les migrants chez nous, il faut qu’ils continuent à payer. »

    Sauf que les barrières ne suffisent plus, c'est la maire de Calais qui le dit : « Il faut renégocier les accords du Touquet. On ne peut pas se contenter d’un gouvernement britannique qui nous accompagne simplement sur sa sécurité. »

    Les beaux jours reviennent

    Ce qu'elle va demander au chef de l'Etat, ce sont des compensations pour le préjudice subi par Calais. Donnant-donnant : un centre d’expérimentation modèle du nouveau projet de loi immigration, en échange d’un appui financier.

    Natacha Bouchart évoque la solidarité nationale. Un peu plus de quinze mois après le démantèlement de la « jungle », les associations dénombrent 600 à 700 migrants en ville, mais avec les beaux jours d’autres pourraient arriver.

    La maire a donc une longue liste de réclamations à soumettre à Emmanuel Macron : plus de moyens matériels et juridiques pour les forces de l’ordre, un nouveau commissariat central dans le cadre du plan police 2018-2020...

    Calais veut un pôle équestre

    Elle réclame aussi un retour du délit de séjour irrégulier dans la zone frontalière et des condamnations pour celles et ceux qu’elle qualifie d’activistes, les volontaires des associations qu’elle accuse d’être complices des passeurs.

    Ce qui manque surtout, depuis la fin de la « jungle », ce sont les emplois et les touristes. Les Anglais ne sont pas revenus redorer l’image de la ville. La mairie demande l’appui de l’Etat pour financer notamment un grand pôle équestre.

    Mais le président ira bien sûr dans un centre d’accueil et d’examen des situations des migrants, le fameux « centre de tri » dénoncé par les associations. Plusieurs d’entre elles ont décliné le rendez-vous avec le président.

    focus de la rédaction
    Calais se prépare à l'arrivée du président de la République 16/01/2018 - par Stéphane Lagarde Écouter

    Calais: dans ce bus arrivé de Londres en novembre dernier, des associations donnent des cours, notamment d'anglais, proposent des jeux et des téléphones, le 15 janvier 2018. RFI/Stéphane Lagarde

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.