GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 27 Septembre
Vendredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: les familles de jihadistes retenus en Syrie portent plainte contre X

    media Le palais de justice de Paris. (Image d'illustration) Wikimedia Commons / Nitot

    C'est un dossier délicat : faut-il juger les Français partis faire le jihad en Syrie en France ou là-bas ? Plus exactement au Kurdistan où des femmes et leurs enfants sont détenus par l'armée de libération. Le gouvernement a dit qu'il se prononcerait au cas par cas, mais ce mercredi, les avocats des familles de ces femmes et enfants ont porté plainte contre X. Selon eux, il est illégal de laisser ces Françaises être jugées sur place.

    Selon les quatre avocats qui portent plainte contre X, l'Etat Kurde n'existe pas. Or, s'il n'y a pas d'Etat, il n'y a donc pas de système judiciaire digne de ce nom, ce qui rendrait donc illégal le fait que la France laisse certains de ses compatriotes détenus arbitrairement sur place.

    « Il y a une infraction dans le code pénal français qui dit que toute personne ayant une mission de service public qui s’abstient de mettre fin à une détention arbitraire, quand elle en a connaissance, est coupable d’une infraction, explique Marie Dosé, l’un des avocats à l’origine de la plainte. C’est cette infraction qui est visée dans notre plainte ».

    Le gouvernement estime pour sa part que si les règles de droit sont respectées et que les procès de ces quelque 300 femmes peuvent avoir lieu dans le Kurdistan syrien. Ce mercredi matin, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a toutefois précisé sur France Inter, suite à la plainte déposée par les avocats, que si cela était nécessaire, la France jugerait elle-même ces femmes jihadistes. « Si les règles du procès équitables ne sont pas mises en œuvre, nous sommes bien entendu, comme nous le faisons déjà pour toutes les personnes qui rentrent de terrains de combats, en capacité de la judiciariser et de la prendre en charge », a affirmé la garde des Sceaux.

    Une porte entrouverte par le gouvernement à l'option d'un rapatriement. Les avocats attendent maintenant une prise de position claire sur le sujet.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.