GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    L'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, un acte politique

    media Des zadistes tombant dans les bras des uns des autres après l'annonce de l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le 17 janvier 2018. REUTERS/Stephane Mahe

    Le gouvernement français a tranché : après des décennies de controverse, le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dans l'ouest, est définitivement abandonné. Décision annoncée mercredi 17 janvier 2018 par le Premier ministre, mais décidée et validée avec le président. Une décision difficile à prendre, et qui fait déjà sentir ses effets politiques.

    La décision était d’autant plus difficile à prendre que l’on se souvient que, durant la dernière campagne présidentielle, le juppéiste Edouard Philippe et le candidat Emmanuel Macron étaient tous deux plutôt favorables à la construction de cet aéroport. Le futur président avait alors élaboré l'idée d'une médiation de six mois pour évaluer toutes les options, suivie d'une décision définitive, mais s'était montré plus ambigu dans ses prises de parole.

    Mais voilà, arrivés aux commandes du pays, face à un dossier véritablement empoisonné après un demi-siècle de tergiversations, « il n’y avait pas de bonne solution », a dit le chef du gouvernement à l'issue du Conseil des ministres de mercredi. Et la meilleure ou la moins pire pour sortir de l'impasse, aux yeux de nos gouvernants, c'était donc d’abandonner ce projet. Une décision qui a le mérite de jouer l’apaisement face aux opposants les plus farouches.

    Notamment les zadistes, qui ont fêté leur victoire mercredi et qui, le gouvernement l’espère, seront peut-être un peu plus faciles à déloger. On verra. Mais c'est une décision éminemment politique également, qui conforte l’emblématique ministre de l'Environnement Nicolas Hulot, hostile de longue date à l’aéroport. Il n'avait pas fait de cette question une ligne rouge, mais pas sûr pour autant qu’il serait resté en poste. Ce risque est désormais écarté.

    Le Premier ministre français, flanqué de ses ministres et notamment ceux de l'Intérieur et de l'Environnement, au moment d'annoncer l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes, le 17 janvier à Paris. REUTERS/Charles Platiau

    Le président et son Premier ministre vont devoir maintenant gérer les conséquences politiques de leur décision. Et la colère est grande chez les élus de tous bords, au-delà des clivages partisans. On a ainsi entendu mercredi deux anciens Premiers ministres, le socialiste Jean-Marc Ayrault et le républicain Jean-Pierre Raffarin, dénoncer avec la même virulence « un déni de démocratie ».

    Il est vrai que le président Macron est passé outre la consultation locale de la population en 2016, favorable à la construction. Le tollé politique va donc se poursuivre, alors que l’opposition cherche un peu d’oxygène pour exister face au populaire chef de l'Etat. Avec notamment cette critique sur le « reniement » de sa parole ; les ténors de la droite font remarquer depuis mercredi qu'Emmanuel Macron ne pourra plus dire désormais qu'il « fait ce qu'il a dit qu'il ferait ».

    Abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes: les clivages traditionnels brouillés à l'Assemblée 18/01/2018 - par Anthony Lattier Écouter

    → À la Une de la presse ce jeudi 18 janvier : pas d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes

    La décision d'abandonner le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est populaire, selon deux sondages réalisés mercredi après l'annonce d'Edouard Philippe. Dans une étude Elabe pour BFMTV, 74 % des sondés se déclarent « favorables » à cette décision, contre 26 % qui s'y « opposent ». Environ 78 % des sondés sont « d'accord » avec la décision prise, relate une autre enquête réalisée par Harris Interactive pour RMC/Atlantico, contre 22 % qui ne sont « pas d'accord ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.