GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Mai
Jeudi 17 Mai
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Aujourd'hui
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    En France, la réforme constitutionnelle âprement négociée

    media Le président du Sénat, Gérard larcher, dévoilera mercredi 40 propositions constituant les contributions de la Haute Assemblée à la réforme constitutionnelle voulue par Emmanuel Macron. GUILLAUME SOUVANT / AFP

    Un compromis sera-t-il trouvé entre le Sénat et l’Assemblée nationale sur la réforme constitutionnelle ? Pour réduire le nombre de parlementaires, introduire une dose de proportionnelle aux élections législatives ou encore limiter le nombre de mandats dans le temps, Emmanuel Macron a besoin d’un vote du 3/5e du Parlement réuni en Congrès. L’Assemblée nationale - majoritairement En Marche - et le Sénat - majoritairement de droite - négocient. Chacun fait monter les enchères. Le président du Sénat Gérard Larcher a fixé plusieurs lignes rouges et devrait en dire plus ce mercredi 24 janvier à l’occasion de ses vœux à la presse.

    Pour cette réforme, la droite - majoritaire au Sénat - est au centre du jeu. Et elle ne lâchera pas si facilement, prévient le député et vice-président de Les Républicains, Damien Abad.

    « Ce que l’on veut, c’est faire avancer notre pays. Donc on n’est ni conservateur ni bloquant, simplement on ne brade pas nos convictions pour ne serait-ce que quelques calculs politiciens qui soient », dit-il.

    Le président du Sénat Gérard Larcher n’entend pas, par exemple, se faire imposer une baisse trop drastique du nombre de parlementaires qui laisserait des départements sans sénateur, ou encore une limitation du nombre de mandats dans le temps, jugée inutile. Face à cela, la majorité brandit le programme de campagne d’Emmanuel Macron.

    « Il s’y était engagé pendant la campagne électorale dans un discours important à Strasbourg, et il a rappelé cette exigence au Congrès réuni en juillet dernier pour que l’on puisse justement réfléchir au meilleur moyen de rendre notre démocratie plus efficace et plus moderne. On verra maintenant si les propositions du Sénat sont aussi audacieuses que celles de l’Assemblée nationale. En tout cas nous tiendrons cet engagement », affirme le député de Paris Hugues Renson.

    En cas de blocage, passer par un référendum pour faire adopter la réforme est une « option n’est pas à écarter », glisse un ténor la majorité. Autrement dit, se passer du vote des parlementaires pour s’en remettre au peuple. Une façon de mettre la pression sur le Sénat.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.