GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Aujourd'hui
Samedi 26 Mai
Dimanche 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Premier contact entre Edouard Philippe et les élus nationalistes corses

    media Les dirigeants nationalistes corses Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni à Matignon, le 22 janvier 2018. REUTERS/Philippe Wojazer

    Deux heures d'entretien dans le bureau du Premier ministre : Edouard Philippe a reçu lundi les deux dirigeants nationalistes de la Corse. Une première depuis leur victoire aux élections locales de décembre. Aucune annonce ni avancée, mais un premier contact avant l'entrée en scène d'Emmanuel Macron.

    Un « premier rendez-vous », une « introduction pour la suite », l’entourage d’Edouard Philippe a minimisé l’enjeu de cette rencontre avec les dirigeants corses, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni.

    Le Premier ministre était là pour entendre et comprendre, ajoute un conseiller. Et c’est vrai que rien de nouveau, aucune avancée n’est sortie de ces discussions.

    Gilles Simeoni n’espérait de toute façon pas grand-chose de Matignon. Le président du Conseil exécutif de Corse attend plutôt des annonces de la part d’Emmanuel Macron : « C’est un point d’étape. Nous sommes heureux de ce premier contact. Nous avons exposé de façon directe et complète ce que sont nos positions. Le Premier ministre a enregistré ces positions. Le dialogue qui a été initié ce soir doit se poursuivre dans les prochains jours, et très certainement la venue du président de la République en Corse sera l’occasion, pour lui, de s’exprimer et très certainement de donner le la sur ce que sera la position non seulement du gouvernement, mais de l’Etat concernant le rapport à la Corse. »

    Emmanuel Macron se rendra sur l’île le 6 février prochain, 20 ans jour pour jour après l’assassinat du préfet Claude Erignac. D’après Gilles Simeoni, le chef de l’Etat restera plus longtemps en Corse pour une séquence plus politique. L'Elysée, de son côté, ne confirme pas pour l'instant le programme de la visite de Macron en Corse.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.