GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Prisons françaises: les syndicats de surveillants quittent les négociations

    media Les CRS ont remplacé les surveillants en grève à la prison de Maubeuge dans le nord de la France, le 23 janvier 2018. REUTERS/Pascal Rossignol

    Le conflit dans les prisons françaises n'a pas connu de répit mardi: les syndicats de surveillants ont quitté les négociations et appelé à poursuivre le blocage des établissements pénitentiaires, en cours depuis neuf jours.

    Ils avaient rendez-vous mardi après-midi avec la ministre de la Justice Nicole Belloubet mais « au bout d'une heure de présentation et de courts échanges » sont repartis « déçus et frustrés », a résumé le secrétaire général du syndicat Ufap-Unsa (majoritaire) Jean-François Forget. Les syndicats FO et CGT-Pénitentiaire ont également quitté les discussions.

    Depuis le 15 janvier, les gardiens de prison, qui n'ont pas le droit de grève, organisent des blocages des établissements pénitentiaires pour protester contre leurs conditions de travail et de sécurité après une série d'agressions de surveillants par des détenus, notamment des détenus radicalisés, et pour réclamer des revalorisations pécuniaires.

    « Sur la sécurité, aucune de nos revendications n'a été retenue. Rien n'a été dit sur le statut », a dénoncé le secrétaire général de FO Emmanuel Baudin.

    La ministre a « formulé un certain nombre de propositions assez significatives », pour un montant de trente millions d'euros, a de son côté estimé le porte-parole du ministère, Youssef Badr.

    Parmi ces propositions : « une prime liée au personnel qui travaille dans les établissements sensibles », aussitôt qualifiée de « prime à l'agression » par FO et la CGT.

    Peu avant le début des discussions, le Premier ministre Edouard Philippe avait déclaré à l'Assemblée nationale être prêt à examiner des « mesures indemnitaires spécifiques et ciblées » en faveur du personnel pénitentiaire. « Nous devons témoigner notre solidarité à l'égard des agents », avait-il dit sous les applaudissements.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.