GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Procès Jawad: premières auditions de parties civiles

    media Bley Bilal Mokono (d), ex-boxeur blessé au Stade de France a pris la parole ce mardi (ici avec son avocat Mehana Mouhou, le 24 janvier 2018, au palais de justice). REUTERS/Christian Hartmann

    Le procès de Jawad Bendaoud se poursuit au tribunal correctionnel de Paris. Le logeur des auteurs des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis est poursuivi pour recel de terroristes. Les premières audiences avaient été consacrées à la personnalité d'un prévenu qui ne s'est pas fait prier pour répondre aux questions d'une manière parfois étonnante dans un dossier où il y a 130 morts. Mais ce mardi, c'était aux parties civiles, autrement dit les familles des victimes, de s'exprimer. Et le changement de ton a été total.

    L’audience cette fois ne ressemble pas aux autres Jawad Bendaoud est muet. Ce sont les parties civiles, les victimes qui ont la parole. L’émotion est saisissante. Il y a des larmes, beaucoup de souffrance. Ils ont perdu qui un enfant, qui une épouse, qui un mari et ils témoignent. L’un dit : « Lorsque vous rendrez votre sentence, n’oubliez pas les 130 morts qui vous regardent de là-haut. » Une autre ajoute : « Si les prévenus ne sont pas les auteurs des attentats, ils en sont les complices. »

    Puis une voix dissonante résonne, celle de Bilal : un homme assis, ancien boxeur, blessé au stade de France. Il est aujourd’hui en fauteuil et il s’adresse directement à Jawad Bendaoud. « Je l’attendais cet échange. C’était une manière pour moi de comprendre s’il disait la vérité ou pas. Jawad pour moi est un imbécile. Jawad ce n’est pas un tueur. Pour moi, je le confirme, Jawad n’est pas un terroriste. Jawad vous le trouvez sincère quand il le dit parce que dans les yeux, il ne peut pas mentir. Vous savez, j’ai une grande qualité, j’ai toujours su me servir de mes poings, donc Jawad quand il me regarde dans les yeux, il sait de quoi il me parle. Il est sincère. »

    Le logeur de Saint-Denis est alors debout dans son box : « Je te remercie d’être allé dans mon sens », lâche-t-il, sans pour une fois faire son numéro.

    (Re) lire : Retour sur le déroulement des attaques terroristes meurtrières à Paris

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.