GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 18 Décembre
Mercredi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Une législative partielle dans le Val-d’Oise en forme de test pour l’exécutif

    media Le Premier ministre Edouard Philippe a fait le déplacement dans le Val-d'Oise pour soutenir la candidate de la République en marche (photo d'illustration). Reuters/Philippe Wojazer

    Edouard Philippe, le Premier ministre français, était en meeting jeudi soir à Pontoise dans le Val-d'Oise, aux côtés du patron de La République en marche, Christophe Castaner, afin de soutenir la candidate du parti à la législative partielle, Isabelle Muller-Quoy, arrivée en tête devant le candidat de Les Républicains (LR), Antoine Savignat. Le second tour aura lieu dimanche. Il s'agit d'un scrutin important pour l'exécutif.

    Rebaptisé le « premier des marcheurs » pour un soir, Edouard Philippe s'attache à défendre l'action de l'exécutif : « Depuis quelques mois, nos concitoyens ont le sentiment que quelque chose bouge. Nous prenons à témoin les Français que nous pouvons réparer ce pays. »

    Le Premier ministre en profite aussi pour tacler son ancien camp : « Je ne sais pas s’il y a deux droites, trois ou quatre. Je sais qu’il n’y en a pas une, cela c’est sûr ! »

    Si Edouard Philippe a fait le déplacement, c'est parce que cette législative partielle a valeur de test pour la majorité, comme l'explique ce militant. En votant pour Isabelle Muller-Quoy, il s'agit en réalité de renouveler sa confiance à Emmanuel Macron : « Si elle est élue, et elle le sera de toute façon et on y croit, cela démontrera que la politique qui est menée, elle est la bonne, même s’il y a encore beaucoup de choses à faire. On est sur la bonne voie. C’est capital. Si on perd cette élection, ça va commencer à se déliter un peu partout. »

    Duel serré

    Dimanche, le duel entre La République en marche et Les Républicains s'annonce serré, mais le mouvement d'Emmanuel Macron devrait tout de même l'emporter. De quoi se consoler de la défaite annoncée dans une autre législative partielle qui se tiendra le même jour, dans le Territoire-de-Belfort.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.