GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Guerre d'Algérie: des pensions pour les victimes non françaises

    media Le Conseil constitutionnel a estimé que cette précision de nationalité était contraire au principe d'égalité devant la loi dans la mesure où l'Algérie était, au moment des dommages subis, un territoire français. Jacques DEMARTHON / AFP

    La France étend l'accès aux pensions d'invalidité des victimes de la guerre d'Algérie. Jusqu'alors, ces avantages étaient réservés aux seules victimes françaises blessées en Algérie. Mais ce jeudi 8 février, le Conseil constitutionnel a décidé d'élargir le droit aux pensions à toutes les victimes, quelle que soit leur nationalité.

    En novembre dernier, un Français d'origine algérienne, décide de saisir le Conseil constitutionnel. Selon lui, la législation qui permet d'attribuer des pensions aux victimes de la guerre d'Algérie, n'est pas conforme au principe d'égalité devant la loi.

    Jusqu'à présent, la loi du 13 juillet 1963 disposait que seules « les personnes de nationalité française, ayant subi des dommages physiques pendant la guerre d'Algérie, avaient droit à une pension d'invalidité ».

    Mais voilà, les Sages du Conseil constitutionnel ont estimé qu'on « ne pouvait établir une différence de traitement entre les victimes françaises et celles de nationalité étrangère qui résidaient en Algérie au moment des dommages subis ».

    En effet, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen énonce, dans son article 6, que « la loi doit être la même pour tous, qu'elle protège ou qu'elle punisse ».

    Par conséquent, le Conseil constitutionnel a censuré les mots de « nationalité française » de la loi de 1963.

    Cette décision ouvre donc le droit aux personnes victimes de la guerre d'Algérie de demander une pension à la France. Même si elles n'étaient pas de nationalité française au moment des faits.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.