GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 26 Septembre
Jeudi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: Macron veut rassurer les jeunes agriculteurs sur l'avenir de la filière

    media Le président français Emmanuel Macron échange avec les agriculteurs invités à l'Elysée, le 22 février 2018. A ses côtés, Jérémy Decerle, président des Jeunes Agriculteurs (g), et le ministre de l'Agriculture Stephane Travert (d). REUTERS/Etienne Laurent

    À deux jours du Salon de l'agriculture, Emmanuel Macron a livré un discours offensif jeudi 22 février devant plus de 700 jeunes agricoles, prônant la fin de décennies de « promesses non tenues » et en se posant en garant des intérêts français sur le marché mondial. Cela pour déminer le terrain alors que la filière est en grande crise. Le chef d’Etat a annoncé un nouveau dispositif de prêts garantis pour les jeunes agriculteurs à hauteur d’un milliard d’euros.

    « Je ne suis pas là pour plaire, je suis là pour faire ». Comme en novembre, lorsqu’il a fait face à des maires échaudés par les décisions budgétaires du gouvernement, le chef de l'Etat a convié à l'Elysée près d'un millier de jeunes agriculteurs âgés de moins de 35 ans dans un entretien de quelques heures et rassurer la « génération Y de l’agriculture », alors que 40% des agriculteurs actuellement en activité vont partir à la retraite d’ici 2020.

    L’avenir de la filière « ne se construira (...) ni dans les fausses promesses ou les faux engagements et je ne vous en tiendrai pas parce qu'on vous a trop promis que les choses étaient possibles pour après se faire condamner par Bruxelles », a dit Emmanuel Macron.

    Je ne suis pas là pour plaire, je suis là pour faire. Alors oui, ce que nous sommes en train de faire collectivement, il y en a à qui ça ne plaît pas.
    Emmanuel Macron reçoit les jeunes agriculteurs à l'Elysée 23/02/2018 - par Valérie Gas Écouter

    Devant ces jeunes agriculteurs, Emmanuel Macron a redit que la bataille pour faire payer le juste prix de leur production aux agriculteurs était au coeur de sa politique agricole. Il s'est aussi engagé à faire pression sur la grande distribution pour y parvenir. Damien Tressac, éleveur bovin dans l'Aveyron, espère que le président de la République gagnera le bras de fer : « Nous, on souhaite vraiment vivre de notre production. On crée des produits agricoles qui ne sont pas valorisés à leur juste hauteur. Il faudrait réaliser une meilleure répartition des marges, notamment entre les grandes surfaces ou les industriels, et reverser plus de valeur ajoutée à l'élevage. Je pense qu'il doit y avoir un gros bras de fer entre eux. C'est de leur ressort, pas du nôtre, car nous n'avons aucun pouvoir, nous. »

    Emmanuel Macron promet un « printemps » de l'agriculture

    En dépit des assurances données depuis le début du quinquennat, la promesse d'un « printemps » de l’agriculture française formulée par le chef de l'Etat fin janvier peine toujours à convaincre des éleveurs qui restent confrontés à des situations financières tendues.

    Cette réception a d’ailleurs été perçue comme un « coup de com’ » par certains d’entre eux. Notamment parce qu'elle a eu lieu le lendemain d’une mobilisation de la FNSEA, premier syndicat agricole, et des Jeunes agriculteurs (JA), qui s’inquiètent de l’accord international avec le Mercosur. Emmanuel Macron leur a assuré « qu'il n'y aura(it) jamais de bœuf aux hormones en France ».

    Alors qu’un investisseur chinois a acheté 1 700 hectares de terres à blé dans l’Indre et 900 dans l’Allier il y a quelques mois, le président a essayé de calmer l’ire conséquente des agriculteurs en annonçant l’instauration de « verrous réglementaires » pour des acheteurs étrangers.

    Emmanuel Macron a également annoncé un nouveau dispositif de prêts garantis pour les jeunes agriculteurs, à hauteur d’un milliard d’euros dans le cadre du plan de financement de cinq milliards d’euros déjà promis. Celui-ci avait été annoncé pendant la campagne présidentielle.

    La FNSEA promet d'être vigilante

    A la suite de ce discours, la FNSEA a fait savoir qu'elle attendait désormais des actes, deux jours avant la visite d'inauguration du président samedi au Salon de l'agriculture. Le secrétaire général de la FNSEA, Jérôme Despey, a promis « un accueil franc, poli, respectueux de la fonction, mais qui saura interpeller le président de la République ». « On va demander des comptes », a ajouté Jérôme Despey, qui promet d'être « très, très vigilant ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.