GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Harcèlement de rue: vers une amende pour outrage sexiste et sexuel

    media En France, une amende allant de 90 à 750 euros pour outrage sexiste dans la rue pourrait être instaurée. Edward Berthelot/Getty Images

    90 euros d'amende pour des propos ou des gestes sexistes ou sexuels dans l'espace public. Voilà ce que propose le rapport sur le harcèlement de rue remis mercredi soir 28 février à la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa. Mais la verbalisation de ces actes qui doivent donc être pris en flagrant délit par la police reste assez floue.

    Regard lubrique, commentaires sur la longueur d'une jupe ou la profondeur d'un décolleté, obstruction du passage, injures… Voilà ce que le rapport qualifie de harcèlement de rue. Une zone grise du droit français située quelque part entre la séduction et l'agression sexuelle.

    Alors pour la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, verbaliser ces actes est primordial. « Les femmes ne vont pas aller déposer plainte pour du harcèlement de rue, pour de l’outrage sexiste quand elles ne connaissent pas la personne; c’est très compliqué quand on n’identifie pas la personne. Donc l’idée c’était vraiment que l’on aille vers une amende payable immédiatement », explique-t-elle.

    90 euros pouvant être majorés jusqu'à 350 euros. Mais le rapport reste flou sur l'application de cette amende. L'infraction doit être constatée par un policier en direct.

    Alors Erwan Balanant, l'un des cinq parlementaires à l'origine du rapport, avance une comparaison avec le code de la route. « Un jour à la sécurité routière ils ont décidé qu’une ligne blanche au sol ça voulait dire on s’arrête. Aujourd’hui, le stop, la plupart des personnes le respectent, et pourtant il n’y a pas un policier non plus derrière chaque stop de France. Nous, l’idée elle est identique : on va définir un interdit et puis à force les gens comprendront que ça ne se fait pas de siffler une femme, ça ne se fait pas de l’importuner dans la rue. »

    Avant d'entrer en vigueur, l'application de cette amende sera débattue au Parlement dans les semaines qui viennent.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.