GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    En Guyane, une législative partielle très observée pour La République en marche

    media Les électeurs guyanais votent ce dimanche 4 mars (photo d'illustration). jody amiet / AFP

    Après s'être incliné face au parti Les Républicains dans le Val d'Oise et à Belfort, la formation du président Macron, La République en marche, tente de sauver la mise lors d'une législative partielle de dimanche 4 mars en Guyane. Le candidat du mouvement France insoumise apparaît comme son adversaire le plus dangereux.

    Huit candidats s’affrontent ce dimanche en Guyane, lors d'une législative partielle. Mais tous les regards seront braqués sur les représentants de La République en marche et de La France insoumise. Tous deux devraient se qualifier pour le second tour, prévu le 11 mars.

    Preuve de l’importance de ce scrutin, la France insoumise et La République en marche ont dépêché sur place leurs poids lourds. Christophe Castaner a passé le week-end du 24 février en Guyane. Quant à Jean-Luc Mélenchon, il y est depuis ce lundi.

    S’imposer face au camp d’Emmanuel Macron permettrait aux insoumis, qui se veulent les premiers opposants au chef de l’Etat, d’alimenter leur discours. C’est d’autant plus faisable que Jean-Luc Mélenchon était arrivé en tête du premier tour de la présidentielle en Guyane et que le territoire est souvent secoué par des mouvements sociaux.

    Eviter trois défaites consécutives

    Quant à la majorité, une troisième défaite en quelques semaines serait du plus mauvais effet. Perdre un député ne serait pas un drame, tant La République en marche domine l’Assemblée. Mais l’opposition, dans son ensemble, ne manquerait pas de souligner que l’effet Macron est en train de s’essouffler.

    Au contraire, un succès en Guyane permettrait à La République en marche de clamer qu’il y a bien une adhésion au projet présidentiel et aux réformes menées tambour battant par l’exécutif. Une victoire sur le terrain, qui servirait à faire mentir certains sondages selon lesquels la popularité du président s’effrite.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.