GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 26 Septembre
Jeudi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    France: à Mayotte, Laurent Wauquiez relance le débat sur le droit du sol

    media L'un des barrages des manifestants mahorais, ce lundi 5 mars 2018. RFI / Anne Soëtemondt

    Alors que Mayotte entame sa troisième semaine de manifestations contre l'insécurité, le patron de la droite française, Laurent Wauquiez, poursuit sa visite dans le 101e département français. Il s'est rendu ce mardi 6 mars 2018 sur l'un des nombreux barrages de Grande-Terre, Tsararano, pour s'afficher aux côtés des manifestants.

    Pourquoi Laurent Wauquiez vient-il sur un barrage de pneus ? « Oh, parce que c'est important d'entendre ce qu'ils ont à dire et de comprendre pourquoi ils sont en colère », répond-il. Il est 8h ce mardi quand le patron du parti Les Républicains se présente à Tsararano. Face aux manifestants : une vingtaine de pneus sont dressés sur la route.

    L’heure est à la défensive. Laurent Wauquiez annonce aux manifestants présents que leur voix sera portée dans l’après-midi à Paris : « J’ai demandé qu’il y ait une députée chez nous, qui pose une question pour obliger le gouvernement à répondre dans l’Assemblée nationale de notre pays et pour leur dire que ce qui se passe à Mayotte ce n’est pas acceptable. »

    Après avoir écouté, le patron des Républicains propose. Il veut plus de moyens pour la police aux frontières, la sécurisation des collèges et des lycées... Mais il dresse d'abord le constat suivant au sujet de la pression migratoire venue des Comores : « On ne peut pas continuer avec ce système où il y a des gens qui viennent ici pour accoucher, pour qu’ensuite l’enfant soit français. »

    La maternité de Mayotte est la première de France, avec 10 000 naissances par jour, et 74 % des mamans sont étrangères. Laurent Wauquiez y va sans détour au moment de rouvrir le débat sur l’un des fondements de la République française, très symbolique sur l'île : « Il faut qu’on revienne sur le droit du sol, sur le territoire de Mayotte, et sur le système du regroupement familial. »

    Pour Laurent Wauquiez, quand un enfant naît à Mayotte de parents clandestins, cela ne peut pas aboutir à l'octroi de la nationalité française.

    → Mayotte : écouter l'entretien de Laurent Wauquiez sur RFI

    témoignage
    Depuis trois semaines, les Mahorais manifestent contre l'insécurité. Une inquiétude partagée par les policiers, comme Ali Badrou 06/03/2018 - par Anne Soetemondt Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.