GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Universités: une cellule de veille pour lutter contre les violences sexistes

    media Manifestation à Paris, le 8 mars 2018, lors de la Journée internationale des droits des femmes. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

    La ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ainsi que la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, Frédérique Vidal et Marlène Schiappa, ont annoncé ce 19 mars le lancement de la campagne « Stop aux violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur » à l’université Paris-Dauphine au sein de laquelle une cellule a été créée.

    Les étudiantes et étudiants sont confrontés comme partout ailleurs aux discriminations. La création de cette cellule doit être un début de réponse à cette réalité sociale.

    Béatrice Delzangles est la référente égalité et coordinatrice de cette cellule de veille à Paris-Dauphine : « Ça pourrait être des cas de bizutage. On a quand même un fort tissu associatif dans notre université, et donc il y a des week-ends d’intégration. Ce qui pourrait nous être remonté, c’est des relations d’autorité qui se transforment en d’autres formes de relations, des pressions qui peuvent être faites. Le deuxième aspect de notre cellule de veille, c’est qu’il y a aussi une phase d’intervention de la cellule pour des cas qui s’y prêtent. Si la victime en est d’accord, intervenir auprès des personnes mises en cause pour faire cesser un comportement dont parfois la personne n’a même pas conscience qu’elle harcèle, qu’elle a des propos sexistes parce que c’est tellement ancré dans les mentalités. Donc l’intérêt de cet aspect de l’intervention de la cellule de veille c’est de faire cesser tout de suite un comportement et d’éviter de partir dans des procédures disciplinaires très longues que parfois les victimes ne souhaitent pas. Elles souhaitent juste que ça s’arrête », explique-t-elle.

    Une façon de mieux évaluer les faits et d’éviter dans un premier temps la persistance de ces situations, mais aussi d’accompagner les victimes.

    (Re) lire : La région Ile-de-France s'attaque au harcèlement sexuel dans les transports

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.