GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Soupçons de financement libyen: Nicolas Sarkozy en garde à vue

    media Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi (g.) à l'Elysée en décembre 2007. REUTERS/Patrick Hertzog/Pool/File Photo

    En France, l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, est, depuis ce mardi matin 20 mars, entendu dans les locaux de la police judiciaire à Nanterre. Il est interrogé sur des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007 et cette garde à vue peut durer 48 heures.

    L’ancien président Nicolas Sarkozy est un homme toujours très actif, multipliant les conférences de par le monde, mais aussi très présent sur la scène politique française, recevant régulièrement les ténors de la droite à son bureau parisien, rue de Miromesnil. Mais ce matin, c’est un rendez-vous avec la justice que Nicolas Sarkozy a du honorer. Un de plus.

    Rattrapé par le dossier libyen

    Après avoir été mis en examen dans l'affaire Bygmalion, puis dans l'affaire des écoutes, il est cette fois-ci rattrapé par le dossier libyen. C'est la première fois qu'il est entendu à ce sujet depuis l'ouverture d'une information judiciaire en avril 2013.

    Un dossier qui n'a cessé de s'étoffer. En novembre 2016, le sulfureux intermédiaire Ziad Takieddine affirme avoir transporté 5 millions d'euros en espèces de Tripoli à Paris pour les remettre à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy début 2007. Des propos confirmés par Abdallah Senoussi, l'ancien directeur du renseignement militaire du régime Kadhafi.

    Enfin, les carnets de l'ancien ministre libyen du pétrole Choukri Ghanem, récupérés par la justice française, mentionnent également des versements d'argents au candidat Sarkozy.

    Nombreux documents

    Depuis plusieurs semaines, les enquêteurs disposent aussi de nombreux documents saisis au domicile d'un autre intermédiaire, Alexandre Djouhri. Cette garde à vue signifie donc peut être que la justice a rassemblé suffisamment de preuves d'un financement illicite de la campagne de 2007. Et à l'issue de cette audition, Nicolas Sarkozy pourrait être présenté aux juges afin d'être mis en examen.

    Mais l'ex-chef de l'Etat n'est pas le seul ancien du quinquennat à être éclaboussé par cette affaire libyenne. Dans les mêmes bureaux de la PJ de Nanterre, son ami Brice Hortefeux, à l'époque ministre de l'Intérieur, est lui aussi entendu, mais en audition libre.

    Prudence dans la classe politique

    Cette nouvelle garde à vue est très commentée depuis ce matin dans la classe politique. Dans le camp de l'ancien président, les ténors des Républicains ne se bousculaient pas pour répondre aux journalistes. « Il a été très souvent sali mais il a été encore plus blanchi » riposte Nadine Morano quand Damien Abad appelle à la prudence. « Il faut laisser la justice faire son travail », répètent-ils en bloc.

    A droite, à gauche et au sein de la majorité, on reste aussi prudent. Le Premier ministre Edouard Philippe s'est contenté de parler de son rapport humain avec Nicolas Sarkozy. « J’ai parfois eu avec lui des relations difficiles. Elles ont toujours été respectueuses. A chaque fois que j’ai eu des contacts avec lui depuis que je suis Premier ministre, ils ont été emprunts d’un sceau de respect mutuel. Je n’ai aucun commentaire à faire sur la procédure judiciaire. »

    Rattrapé par les affaires

    Six ans après avoir quitté le pouvoir, Nicolas Sarkozy est encore une fois ramené à ses casseroles judiciaires. Il avait pourtant su trouver une place de choix pour sa retraite. Son bureau reste un passage obligé pour les ténors de la droite. Il se voyait bien dans la peau du vieux sage, retiré du jeu politique mais jamais bien loin des arrières cuisines de son parti.

    Il a été vu au Sénat pour parler de la révision constitutionnelle de 2008, dans la presse pour une campagne contre le cancer des enfants ou à la télévision pour partager ses goûts littéraires ou encore sa passion pour le sport. Mais ce mardi matin, il est donc de retour dans l'actualité judiciaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.