GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Garde à vue de Nicolas Sarkozy: le camp de l'ex-chef de l'Etat fait bloc

    media A la sortie de l'Assemblée nationale, ce mardi, des députés du camp de Nicolas Sarkozy ont affiché leur soutien à l'ex-chef d'Etat placé en garde à vue. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    En France, la justice enquête sur le financement de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy, celle-là même qui lui a permis d'accéder à l'Elysée. Une campagne, se demandent les enquêteurs, qui aurait pu bénéficier illégalement de fonds libyens, fournis à l'époque par le régime de Mouammar Kadhafi. L'office central de lutte contre les corruptions de Nanterre l’a placé en garde à vue, elle peut durer jusqu'à 48h. L'ex-chef de l'Etat a pu compter sur le soutien de son camp avec plus ou moins de ferveur. Reportage à l'Assemblée nationale.

    Il y a les affectifs, comme le député Eric Ciotti, vieux compagnon de route de Nicolas Sarkozy. « Je suis convaincu qu’il fera triompher la vérité en toute clarté, en toute transparence et en cet instant, je pense à lui », commente-t-il.

    Et puis, il y a les offensifs comme Sébastien Huyghe, resté un sarkozyste de cœur. « On assiste véritablement à un acharnement contre lui, estime-t-il. Un acharnement de la part de ceux qui veulent chercher des poux dans la tête de Nicolas Sarkozy en donnant du crédit à des gens qui ont participé à un régime dictatorial en Libye. »

    Nicolas Sarkozy victime d'un acharnement judiciaire ? Le député Les Républicains (LR) Philippe Gosselin ne va pas jusque-là et conseille de prendre du recul.

    « Laissons le temps au temps, à la justice de faire son œuvre et puis à chaque jour suffit sa peine, affirme-t-il. Alors c’est avec une forme de déplaisir, mais sans jouer la victimisation, les cabinets noirs, la justice qui serait partiale. Allez, laissons cela à d’autres. Il y a un vrai sujet. La question se pose, voyons ce qu’il en est. Point barre. »  

    Une position prudente qui n'est pas celle de l'état-major des Républicains. Dans un communiqué, le parti de Laurent Wauquiez dénonce une différence de traitement entre Nicolas Sarkozy et le reste de la classe politique.

    Lire aussi : Sarkozy et la Libye: une histoire tumultueuse parsemée de zones d'ombre

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.