GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Financement libyen: deuxième journée de garde à vue pour Nicolas Sarkozy

    media Les locaux de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales, le 21 mars 2018 lors de la garde à vue de l'ancien président français Nicolas Sarkozy. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

    L'audition de Nicolas Sarkozy a repris ce 21 mars dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre, près de Paris, où l'ancien président français est interrogé sur des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007.

    Trois possibilités existent pour Nicolas Sarkozy à l'issue de sa garde à vue, qui ne peut excéder 48 heures et s'achèvera donc nécessairement au plus tard le 22 mars à 8h du matin. Si les éléments à charge sont décrétés trop filandreux, mal étayés et hypothétiques, l'ancien président français ressortira libre. Il peut aussi être reconvoqué à une date ultérieure.

    A l'inverse, si le dossier est solide, l'ancien maire de Neuilly sera alors présenté aux juges d'instruction afin d'être mis en examen. Dans ce cas, Nicolas Sarkozy serait donc inculpé pour la troisième fois, après les affaires Bygmalion et Paul Bismuth. Il s'agirait d'un scénario inédit pour un ancien chef de l'Etat en France.

    L'équation est complexe. Cinq ans de procédure doivent être examinés en deux jours. Nul doute que chaque pièce du dossier, chaque témoignage et chaque procès-verbal sera âprement discuté par Nicolas Sarkozy et ses avocats.

    « Sarkozy doit rendre l'argent »

    Ce dossier a prospéré grâce à des témoignages et parfois des déclarations fracassantes. « Nicolas Sarkozy doit rendre l'argent », lançait ainsi l'un des fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al-Islam, en 2011. Une note des renseignements libyens est ensuite apparue, laissant entrevoir un possible financement illicite.

    Les juges se sont alors intéressés aux flux financiers entre d'anciens dignitaires de Tripoli et des intermédiaires français. Comme Ziad Takieddine qui affirme avoir transporté 5 millions d'euros en espèces de Tripoli à Paris pour les remettre à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy. Ces propos ont été confirmés, notamment par Abdallah Senoussi, l'ancien directeur du renseignement militaire du régime de Mouammar Kadhafi.

    Ces opérations suspectes et ces témoignages à charge alimentent donc les soupçons. La somme de 50 millions d'euros venue de Tripoli est avancée, mais les preuves tangibles font défaut et Nicolas Sarkozy a toujours rejeté ces accusations. Jusqu'à ce coup d'accélérateur des derniers jours qui signifie peut-être que la justice a cette fois rassemblé suffisamment d'éléments pour inquiéter le candidat victorieux de la présidentielle 2007.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.