GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: début du procès de cinq hommes de la filière jihadiste de Lunel

    media A Lunel, en 2015, une vingtaine de jeunes entre 18 ans et 30 ans étaient partis en Syrie, selon les élus de cette commune de plus de 26 000 habitants. REUTERS/Philippe Laurenson

    Cinq hommes au tribunal, l'ombre des morts et des absents : pour la première fois la filière jihadiste de Lunel, petite ville du sud de la France qui avait vu une vingtaine de ses jeunes partir pour le jihad en Syrie, est au centre d'un procès qui s'ouvre jeudi à Paris. Les accusés sont poursuivis pour association de malfaiteurs terroriste.

    Cette vague de départs, échelonnés entre 2013 et 2014, fut l'une des plus importantes de France, à l'échelle de cette commune de 26 000 habitants. Elle a fait de Lunel, localité située entre Nîmes et Montpellier, un symbole de l'ampleur du phénomène jihadiste jusque dans de petites villes françaises.

    Amis de longue date

    Les « enfants perdus » de Lunel, partis en Syrie en famille ou entre amis, avaient d'abord rejoint le Jaysh Mohamed (« l'armée de Mahomet »), un groupe armé proche du Front al-Nosra, alors allié à al-Qaïda. Puis l'organisation Etat islamique (EI).

    La plupart de ces jeunes nourris de propagande étaient amis de longue date, fréquentaient ensemble la mosquée de la ville, des réunions sur la religion ou le snack « Le Bahut » tenu par Abdelkarim, le premier à avoir pris la route du jihad.

    Âgés de 29 à 47 ans

    Quinze ne sont jamais rentrés et font toujours l'objet de mandats d'arrêt. Ils sont présumés morts en Syrie pour au moins huit d'entre eux, toujours en vie là-bas pour les autres.

    Cinq hommes seulement seront donc jugés, jusqu'au 11 avril, pour association de malfaiteurs terroriste. Âgés de 29 à 47 ans, ils avaient été interpellés fin janvier 2015. Deux d'entre eux sont accusés d'être partis en Syrie : Adil Barki et Ali Abdoumi. Les trois autres prévenus, Hamza Mosli, lui aussi détenu, et Jawad S. et Saad B., (sous contrôle judiciaire) n'ont pas quitté Lunel.

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.