GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Plan autisme: 340 millions d'euros afin de rattraper les retards

    media Le Premier ministre Edouard Philippe a appelé vendredi à un «sursaut national» pour l'autisme. Eric FEFERBERG / AFP

    Le 4e plan autisme est prévu sur 5 ans de 2018 à 2022 et le gouvernement espère « rattraper son retard ». 340 millions d’euros sont ainsi alloués à l’amélioration de la recherche, le dépistage et bien sûr la prise en charge de la maladie.

    La nouvelle stratégie a pour objectif de dépister l’autisme beaucoup plus tôt chez les jeunes. Aujourd’hui, seule près de la moitié des diagnostics concerne les enfants et les adolescents entre 6 et 16 ans. Pour améliorer cela, un « forfait intervention précoce » va être créé à partir de janvier de l’année prochaine. Il devra permettre aux médecins de repérer plus tôt la maladie. Ils devront alerter, lors d’examens obligatoires, des nouveau-nés entre 9 et 24 mois, sur un trouble psycho-autistique.

    Ainsi, l’aggravation de certains handicaps pourrait être évitée. 106 000 euros sont alloués au diagnostic précoce dont 90 millions spécifiquement dédiés à la prise en charge de psychomotriciens et autres professionnels.

    100 % des enfants autistes doivent fréquenter l’école

    Le gouvernement souhaite que tous les bébés nés en 2018 soient scolarisés dès leur maternelle. Une entrée en maternelle qui, rappelons-le, sera obligatoire pour tous les enfants dès l’âge de 3 ans en 2021. Aujourd’hui, seuls 30% des autistes, qui représentent environ 8 000 naissances par an, en bénéficient deux jours par semaine maximum. Une évolution dans la scolarisation qui va entraîner bien sûr, une création de places en Unité d’enseignement en maternelle (UEM), un nombre multiplié par trois, ainsi que de nouvelles classes pour du soutien renforcé.

    Un autre petit tiers du budget total est prévu pour ce renforcement de la scolarisation. De nouvelles classes spécialisées doivent être également ouvertes en primaire, au collège et au lycée. Et pour mieux accompagner les enseignants accueillants des autistes dans leurs classes, une centaine de postes d’enseignants spécialisés est prévue.

    En France, 600 000 adultes seraient autistes, soit 1 personne sur 100

    Le plan insiste pour une meilleure intégration dans la société et surtout contre « une logique d’enfermement » en facilitant notamment leur insertion professionnelle. Une des principales difficultés est que seuls 75 000 de ces adultes sont diagnostiqués autistes. Une carence qui s’ajoute au manque de place dans des structures adaptées. L’absence de place combinée au retard dans le diagnostic conduit à de longs séjours en hôpital psychiatrique.

    Un plan de repérage de ces patients dans les établissements de santé et médico-sociaux doit d’ailleurs être lancé. Le renforcement de formation du personnel est poursuivi. En ce qui concerne les adultes autonomes, un accès en logement social et accompagné va être ouvert. Sur les 340 millions d’euros du plan, 115 le seront pour ce volet dédié aux adultes.

    Une petite enveloppe de 6 millions est réservée à l’aide aux familles

    Le gouvernement prévoit la création d’une « plate-forme de répit ». Une structure par département qui, comme son nom l’indique, permettra de garder quelques heures ou quelques jours les patients – enfants et adultes – afin que leurs proches puissent partir en vacances, s’occuper de leurs autres enfants ou tout simplement de se reposer.

    Et puis restent 14 millions qui iront à la recherche. L’objectif est de « remettre la science au cœur de la politique de l’autisme » en s’intéressant à ce trouble neuro-développemental et au soutien aux familles.

    Le précédent plan entre 2013 et 2017 était doté de 205 millions d’euros.

    (Ré) écouter : En savoir plus sur l'autisme (Le conseil santé)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.