GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    NDDL: la tension remonte d’un cran avec des blessés côté «zadistes» et gendarmes

    media Affrontement entre les «zadistes» et les gendarmes à Notre-Dame-des-Landes mardi 10 avril 2018. REUTERS/Stephane Mahe

    Des heurts violents ont éclaté mardi matin entre les forces de l'ordre et les occupants illégaux de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, au deuxième jour d'une opération massive destinée à les déloger, près de trois mois après l'abandon du projet d'aéroport. Côté opposants, six ont été blessés par des projectiles, selon l'équipe médicale des zadistes, dont cinq aux jambes et un à la tête. Deux gendarmes ont été également blessés au genou et à la cheville.

    Les heurts ont commencé vers 7h30 ce mardi matin, un peu plus d'une heure après la reprise des opérations d'évacuation. Les gendarmes ont lancé plusieurs grenades assourdissantes et tiré des gaz lacrymogènes. « Cassez-vous, cassez-vous ! », hurlaient à leur adresse les opposants qui ont riposté par des jets de projectiles, des cocktails molotov et des tirs de fusées.

    Les opérations ont repris à l'aube « là où nous les avons arrêtées hier (lundi), autour de la D281, en élargissant le périmètre à l'Est et à l'Ouest », a indiqué une source proche du dossier. L'intervention pourrait « durer jusqu'à la fin de la semaine », a estimé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, évoquant une journée de mardi « forcément cruciale ». Une vingtaine de squats restent à démanteler, après les 13 qui l'ont été déjà, a-t-il précisé.

    « Situation sous contrôle »

    Le ministre de l'Intérieur a rappelé avoir donné pour consigne aux forces de l'ordre « la plus grande retenue ». « Nous ne voulons pas d'un Rémi Fraisse (jeune tué par une grenade offensive lors d'affrontements à Sivens en 2014, ndlr), nous ne voulons pas qu'il y ait des jeunes qui puissent être blessés, nous ne voulons pas que des forces de l'ordre puissent être atteintes », a-t-il affirmé.

    Selon le général Lizurey, « la situation est sous contrôle malgré quelques tensions et quelques oppositions ». Combien de zadistes à expulser ? « Le chiffre est extrêmement variable. Un certain nombre d'opposants vont et viennent (...) nous avions environ 200 opposants hier (lundi) dans la journée. Nous avons terminé la journée avec une centaine », estime le patron de la gendarmerie.

    L'intervention pourrait « durer jusqu'à la fin de la semaine », a estimé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb en évoquant une journée de mardi « forcément cruciale ». L'opération de grande ampleur lancée hier lundi prévoit d'expulser toute personne n'ayant pas régularisé sa situation en déclarant de nouveaux projets agricoles individuels.

    (avec Afp)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.