GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: quels pourraient être les contours d'une opération française?

    media En 2015, des avions de l'armée française, de type Rafale, volaient en direction de la Syrie, pour participer à la coalition antijihadiste contre les infrastructures du groupe Etat islamique. AFP PHOTO / ECPAD

    Le Conseil de sécurité était réuni en urgence à New York lundi 9 avril suite à l’attaque chimique à Douma dans la banlieue de Damas samedi soir. Lors de la réunion, la France s’est montrée particulièrement offensive, accusant nommément la Russie et l’Iran d’avoir permis au régime syrien de mener de nouvelles attaques chimiques, et a laissé entendre, avec les Etats-Unis, la possibilité de frappes punitives contre le régime de Damas. Michel Goya, ancien colonel des troupes de marine, chercheur à l’Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), analyse, en trois questions, la forme que pourrait avoir cette possible intervention française en Syrie.

    RFI : Quels pourraient être les contours d’une opération militaire française en Syrie ?

    Michel Goya : Cette opération prendrait probablement la même forme que l’attaque américaine menée l’an dernier, pratiquement le même jour, après l’attaque sur Khan Cheikhoun. Il s’agirait d’une frappe punitive. L’idée n’est pas de se lancer dans la guerre, de renverser le régime. Il s’agit de montrer que le comportement des forces du régime syrien ne nous plaît pas. C’est d’ailleurs ce que font les Israéliens, régulièrement : ils ont mené plus d’une centaine de raids. Ca n’est pas une action qui va changer le cours des événements, c’est juste une action de démonstration dont le but est d’essayer de faire en sorte d’éviter que le régime n’utilise à nouveau des armes chimiques. Il s’agit de faire quelque chose de relativement spectaculaire, de significatif, de démonstratif. On peut supposer que la frappe visera très probablement un site militaire, ou une base syrienne.

    Techniquement, cette attaque est rendue compliquée par la présence du dispositif russe de défense anti-aérien qui est très efficace…

    En réalité, deux systèmes sont en place dans le ciel syrien : celui de l’armée syrienne, qui dispose de matériel soviétique et qui est opéré aussi avec l’aide des Iraniens. Parallèlement, il y a le système très moderne mis en place par les Russes. Le système S 400, le plus sophistiqué déployé par les forces russes, est doté de radars qui observent à 400 km et sont capables de déceler toute intrusion par voie aérienne et éventuellement d’y faire face. C’est donc extrêmement délicat de pénétrer dans l’espace aérée avec des avions, c’est dangereux. On peut, bien sûr, tenter de le faire en essayant de brouiller tous ces dispositifs en se rendant le plus invisible possible, mais c’est difficile et c’est la raison pour laquelle on privilégie des frappes à distance avec des missiles plus délicats à intercepter.

    De quels moyens la France dispose-t-elle ?

    Pour éviter les systèmes anti-aériens, on va très probablement agir à distance sans pénétrer avec des avions dans l’espace aérien syrien, mais en frappant à distance avec ces missiles de croisière, depuis des navires ou par voie aérienne. La France dispose de missiles de croisière qui peuvent être tirés par des frégates en Méditerranée, d’une portée de 1 000 km et d’une précision quasi totale. Plusieurs de ces frégates multi-missions disposent chacune de 16 missiles de croisière. Ces navires peuvent se retrouver à portée de tir rapidement, en appareillant de Toulon, par exemple.

    L’armée française peut aussi tirer ce même type de missiles par avion depuis la métropole ou des bases que la France possède au Proche-Orient, notamment en Jordanie, à proximité du terrain syrien. En cas d’utilisation de l’une de ces bases, cela doit se faire en coordination avec ces pays, et on peut toujours imaginer des rétorsions de leur part. Le plus pratique serait de tirer depuis la mer comme l’ont fait les Américains l’an dernier, ou alors de s’approcher au plus près avec des moyens aériens, par exemple dans l’espace libanais, pour frapper en dehors du territoire syrien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.