GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Enfants réunionnais déplacés en France hexagonale: le rapport officiel

    media Annick Girardin, ministre française des Outre-mer. RFI/ Pierre René-Worms

    Le rapport final de la Commission nationale des enfants dits « de la Creuse » a été rendu officiellement, mardi 10 avril 2018, à la ministre française des Outre-mer, Annick Girardin. Ce texte, intitulé Etude de la transplantation de mineurs de La Réunion en France hexagonale (1962-1984), est l'aboutissement de deux ans de travail. Au total, plus de 2 000 enfants ont été déplacés.

    C'est un pavé de plus de 600 pages intitulé Etude de la transplantation de mineurs de La Réunion en France hexagonale (1962-1984). Le résultat de deux ans de travail acharné, précise le président de la Commission nationale des « enfants de la Creuse ». Aux yeux de ce dernier, Philippe Vitale, il s'agit d'expliquer comment plus de 2 000 enfants ont pu être arrachés à leur île, la Réunion, entre 1962 et 1984, pour peupler les zones rurales en France hexagonale (lire notre article).

    « Les failles, les responsables, ça va des parents jusqu’au plus haut sommet de l’Etat, assure M. Vitale. Nous n’allons pas poser de morale sur la situation. Les parents étaient dans une misère totale. Il y a des parents qui ont légitimement abandonné leurs enfants. Le suivi, ensuite, par l’ASE (Aide sociale à l'enfance, NDLR), la transplantation, le fait de les placer à 10 000 kilomètres… là encore, ça permet de comprendre que la situation a été traumatisante pour ces enfants. »

    → Pour approfondir : consulter le rapport sur le site de la documentation française

    Le rapport pointe du doigt l'Aide sociale à l'enfance qui a permis de déplacer ces enfants. Mais pour Sylvie Arcos, victime de cette migration forcée, ce n'est pas suffisant. « Je suis très en colère, confie-t-elle. Parce que je trouve que ça minimise les souffrances. On ne parle pas non plus des souffrances des parents, parce que ce sont souvent des oubliés dans les discours. Les vols d’enfants ne sont pas reconnus, alors que c’est exactement ce qui s’est passé. »

    Pour ces victimes, leur histoire d'enfants déracinés doit être connue et reconnue. A leurs yeux, le combat continue pour la reconstruction. « C'est aujourd'hui un moment qui permet à chacun d'avoir un éclairage sur son histoire. Ça n'efface pas la douleur, ça n'efface pas les responsabilités. L'Etat français a aujourd'hui bien sûr une responsabilité morale », explique la ministre des Outre-mer, qui souhaite désormais aboutir à des « solutions collectives » avec les associations.

    Quand on est transplanté de plus de 10 000 kilomètres, ça accentue encore le traumatisme. On a des enfants réunionnais qui parlaient le créole, qui avaient une culture, une identité, un climat différent. Et donc, cette spécificité réunionnaise doit être prise en compte et reconnue. C'est ce que ce rapport fait aujourd'hui avec un certain nombre de préconisations, que nous allons étudier avec l'ensemble des associations

    Annick Girardin, ministre des Outre-mer, destinataire du rapport sur la transplantation de mineurs de la Réunion dans l'Hexagone 11/04/2018 - par Sylvie Koffi Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.