GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Notre-Dame-des-Landes: zadistes et préfète se rencontrent ce mercredi

    media Heurts entre opposants et forces de l'ordre sur le site de 1650 hectares à Notre-dame-des-Landes, le 15 avril 2018. REUTERS/Stephane Mahe

    La préfète de Loire-Atlantique rencontrera ce mercredi 18 avril une délégation d'occupants de la ZAD (« Zone à défendre »). Sur la zone, les gendarmes mobiles et zadistes se font toujours face, mais la tension est redescendue de plusieurs crans hier. Les uns empêchent toute reconstruction des lieux de vie détruits tandis que les autres poursuivent la défense des lieux de vie pas encore évacués. Reportage.

    Le dialogue va reprendre, mais on ne délaisse pas les barricades côté zadistes. On les renforce même, avec des branchages et des palettes de bois.

    Camille, lunettes de protection sur le visage, creuse une tranchée à côté d'un lieu de vie de la ZAD. « On est juste en train de s’organiser pour essayer de gagner du temps. Pour protéger les lieux, pour éviter qu’ils [les gendarmes mobiles, ndlr] avancent trop vite. Mais encore une fois, c’est juste pour gagner du temps pour qu’après les choses s’éclaircissent, qu’il y ait vraiment une demande claire. C’est vraiment pacifique, on n’a pas envie de tuer qui que ce soit », dit-il.

    Pour cet autre habitant de la ZAD. La reprise du dialogue, d'accord, mais l'Etat devra faire quelques concessions. « On a envie de maintenir les formes d’organisations sociales, politiques et économiques qu’on a développées sur le territoire et on a bon espoir que l’Etat voudra bien faire un pas, avoir un peu de courage pour une fois et proposer que ce cadre soit légitimé dans un cadre légal. Pour l’instant on reçoit de la part de l’Etat des menaces et des ultimatums, nous ce qu’on cherche à avoir, c’est un dialogue, simplement. On ne peut pas prétendre à un dialogue avec une occupation militaire. Donc maintenant on essaye de trouver des conditions favorables au dialogue », explique-t-il.

    Les zadistes réclament toujours le départ des gendarmes mobiles. Mais la préfète les a prévenus : s'ils veulent rester et éviter tout autre expulsion, ils ont jusqu'au 23 avril pour déposer des demandes d'installations individuelles et non pas collectives.

    (Re) lire : Notre-Dame-des-Landes: la préfète de région annonce la fin de l'évacuation

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.