GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Japon: des conduites d'air rouillées repérées dans douze réacteurs nucléaires (autorités nucléaires)
    • Transports: «Vot'action» SNCF, 94,97% des votants se disent contre la réforme gouvernementale (syndicats)
    • Migrants à Paris: le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb veut une évacuation «à bref délai», avec mise à l'abri et contrôles
    • France: Darmanin ne «veut pas toucher» aux prestations sociales «individuelles»
    • Une conférence humanitaire sur le Yémen a été confirmée pour la fin juin à Paris (Elysée)
    • Social: le taux de chômage remonte de 0,2 point au 1er trimestre 2018, à 9,2% en France entière (Insee)
    • L'écrivain Philip Roth, géant de la littérature américaine, est mort à 85 ans (médias américains)
    France

    France: évacuée par la police, la fac de Tolbiac fait le bilan de son occupation

    media Les étudiants qui occupaient le site de Tolbiac ont été évacués par la police vendredi matin à l'aube. Stéphane Lagarde/RFI

    La faculté de Tolbiac a été évacuée vendredi matin à l’aube, le 20 avril. Elle était occupée depuis le 26 mars. Une centaine de CRS sont intervenus dans la tour de 22 étages du 13e arrondissement de Paris. L’opération s’est déroulée dans un climat tendu. Un étudiant a été interpellé pour outrage et rébellion. Suite à cette intervention, le président de l’université a donné une conférence de presse pour expliquer que les trois semaines d’occupation avaient provoqué d’importantes dégradations. Elles s’élèveraient à plusieurs centaines de milliers d’euros.

    Avec notre envoyé spécial à Tolbiac,  Stéphane Lagarde

    Les stigmates de cette « commune libre de Tolbiac », comme l’appelaient les étudiants, sont encore là. Dans cette célèbre université parisienne, les enchevêtrements de palettes, les canapés qui bloquent les entrées, les bouteilles et les amas de pavés sur les balcons en béton rappellent les trois semaines d’occupation qui viennent de s’achever.

    A l’intérieur, trois amphithéâtres sur six ont subi des dégradations, selon la direction de l’université. L’un d’entre eux a notamment été transformé en dortoir. Les étudiants qui y dormaient y ont été surpris au petit jour. Ils n’ont pas eu le temps de prendre leurs effets : duvets, sacs de randonnée, de la nourriture…

    Surpris par l'intervention de la police, les étudiants ont laissé derrière eux affaires et duvets. Stéphane Lagarde/RFI

    Les espaces de cours de la fac ont été rénovés il y a deux ans. Du matériel informatique, des écrans, des vidéoprojecteurs vont devoir être remplacés. Et puis dans les étages, dans les couloirs, il faudra repeindre. Les murs sont littéralement couverts de tags, de slogans.

    Le directeur du Centre Pierre-Mendès-France de l’université Paris I relate : « Il y a un mois, il n’y avait pas un tag ici. Donc, tout a été peint le mois écoulé. Maintenant, les murs sont couverts et avec des tags qui sont parfois d’une extrême violence. Par exemple, là-bas, le tag en bleu clair c’est un homme avec un chèche qui jette un cocktail Molotov. Il y aura deux grosses factures. D’abord la rénovation, mais également le gardiennage. Juste pour donner un ordre de grandeur, rien que le week-end de Pâques, trois jours, ça a coûté 10 000 euros de gardiennage. »

    Les tags et slogans ont fleuri sur les murs de l'université. Stéphane Lagarde/RFI

    Les étudiants, de leur côté, sont toujours sous le choc suite à l’intervention des CRS vendredi matin. Les occupants ont été surpris alors que beaucoup d’entre eux dormaient. Mais ils sont aussi en colère. Plusieurs dizaines d’entre eux et leurs soutiens sont encore devant l’université en train de manifester. Certains affirment qu’ils ont reçu des coups. Ils parlent de trois blessés et affirment que le mouvement va se poursuivre ailleurs.

    Et puis du côté de l’université, on répond, au contraire, que les étudiants ont lancé des projectiles sur les forces de l’ordre et que l’opération a duré moins d’une heure. Désormais, les policiers et les services de gardiennage resteront sur place, tant que les locaux n’auront pas été remis en état.

    Selon la direction de l'université, le coût des dégradations s'élèverait à plusieurs milliers d'euros. Stéphane Lagarde/RFI

    L'évacuation de Tolbiac sucite également de nombreuses réactions au niveau politique. Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, a par exemple affirmé sur Twitter que « partout, l'Etat de droit [serait] rétabli ». A gauche en revanche, le son de cloche est différent. Pour Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, envoyer les forces de l'ordre dans les universités ne résoudra pas le problème.

    Plutôt que d'envoyer les CRS, je préférerais qu'on lève les inquiétudes des étudiants et lycéens. Il y a des jeunes aujourd'hui qui veulent réussir et qui considèrent qu'on ne leur donne pas les moyens. C'est ça la question centrale.
    Olivier Faure Premier secrétaire du PS et député socialiste 20/04/2018 - par Marine de La Moissonnière Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.