GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Septembre
Jeudi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la SNCF va vendre une partie de son patrimoine immobilier

    media (Photo d'illustration) Un membre du personnel de la SNCF à la gare de Saint-Lazare, à Paris. REUTERS/Christian Hartmann

    Selon des informations de presse, que la SNCF a confirmées à RFI, le groupe ferroviaire français, empêtré dans un conflit social lié au projet de réforme initié par le gouvernement, est sur le point de vendre plusieurs milliers de logements habités par ses cheminots.

    La SNCF dispose d'un parc de 100 000 logements, presque exclusivement des logements sociaux destinés à certains de ses cheminots. Le groupe ferroviaire, en pleine réforme, va en vendre une partie : 135 immeubles et 4 000 logements situés à Paris et dans des grandes villes de France où les prix de l'immobilier sont en progression permanente..

    « Ça vient mettre un tout petit peu de beurre dans les épinards lorsqu’il s’agira de partager entre ce qui reste de dette aux ferroviaires, ce qui devient dette de l’Etat. Quand on vend des bijoux de famille, on a la recette », explique Alain Bonnafous, professeur émérite d'économie à l'université de Lyon, spécialiste du ferroviaire. L’objectif serait donc bien d’utiliser cette ressource financière pour diminuer le poids de la dette que l’Etat doit reprendre « ou qu’il laisserait à la SNCF », précise-t-il.

    Estimation des biens mis en vente : 1,3 milliard d'euros, sur une dette totale qui frôle les 47 milliards. « La première question qu’il faut se poser, c’est de savoir si on les vend au bon moment par rapport à la conjoncture, au prix de l’immobilier, etc, interroge Alain Bonnafous. La deuxième question, c’est l’arbitrage entre le désendettement et ensuite l’affaiblissement des actifs. C’est quand même un actif qui disparaît puisqu’il est vendu. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.