GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Khashoggi: Reporters sans frontières (RSF) appelle à ne faire aucun «compromis» avec Riyad
    • Ingérence russe dans les élections: Moscou accuse Washington d'avoir «fabriqué» des accusations
    • Moscou dit que 88 000 rebelles ont été tués en Syrie depuis le début de son intervention, il y a trois ans (ministre de la Défense)
    • Attentats à Trèbes et Carcassonne: trois suspects ont été mis en examen et écroués (source judiciaire)
    • Perquisitions LFI: la procureure générale de Paris dénonce «un coup de force» du camp Mélenchon (Europe 1)
    • Inde: vendredi, un train percute une foule; on déplore 60 morts, des personnes rassemblées pour un festival hindou à Amritsar
    • Plusieurs explosions dans des centres de vote à Kaboul (responsable et témoins)
    • Tanzanie: le milliardaire enlevé Mohammed Dewji annonce avoir été retrouvé (tweet)
    France

    Alpes: des militants d’extrême droite bloquent un lieu de passage de migrants

    media Les militants de Génération identitaire ont déployé une banderole au col de l'Echelle, dans les Alpes françaises, pour inciter les migrants à faire demi-tour. Le 21 avril 2018. ROMAIN LAFABREGUE / AFP

    Une centaine de militants du mouvement d'extrême droite Génération identitaire bloquaient ce samedi 21 avril le col de l'Echelle, dans les Alpes françaises, point de passage de migrants entre l'Italie et la France, pour « veiller à ce qu'aucun clandestin ne puisse rentrer en France ».

    Après une ascension en raquettes, le groupe de militants a matérialisé sur le col de l'Echelle une « frontière symbolique » à l'aide de grillage en plastique de chantier. Une banderole a été déployée et des pancartes plantées dans la neige pour inciter les migrants à faire demi-tour. « Vous ne ferez pas de l'Europe votre foyer, rentrez dans votre pays », y est-il inscrit en anglais en lettres blanches sur fond rouge.

    Hélicoptères et drones

    Le mouvement d'extrême droite Génération identitaire auquel ils appartiennent a également affrété deux hélicoptères pour survoler la zone. Des drones devaient suivre, ainsi qu'un avion biplace dimanche.

    Les militants, pour la plupart français, mais également italiens, hongrois, danois, autrichiens, anglais et allemands, ont prévu de passer au minimum le week-end sur place. Il s'agit d'« expliquer aux migrants éventuels que ce qui n'est pas humain, c'est de faire croire à ces gens qui traversent la Méditerranée ou les Alpes enneigées que ces parcours ne présentent aucun risque. C'est faux », a déclaré Romain Espino, un porte-parole du Groupe identitaire. Si des migrants devaient quand même passer « nous appellerions la gendarmerie (...) La justice fera après son travail », a-t-il indiqué.

    Culminant à 1 762 mètres, le col de l'Echelle est situé dans le département des Hautes-Alpes, à six kilomètres de la frontière avec l'Italie. Depuis un an, ce département connaît une augmentation exponentielle de migrants, essentiellement originaires d'Afrique de l'Ouest. Selon les autorités françaises, 1 900 personnes en situation irrégulière ont été refoulées vers l'Italie en 2017, contre 315 en 2016.

    Fondé en 2012, Génération identitaire est habitué aux actions à fort retentissement médiatique. En juillet 2017, le mouvement d'extrême droite avait un affrété le navire C-Star dans le cadre de sa campagne « Defend Europe » en Méditerranée pour dissuader les ONG de secourir les migrants en mer. L'année précédente, il avait dressé un mur devant un futur centre d'accueil pour demandeurs d'asile à Montpellier.

    « Sale climat »

    Ce nouveau coup d'éclat a eu des échos jusqu'à l'Assemblée nationale, en plein débats sur le projet de loi asile et immigration. Le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a ainsi fustigé la « petite bande d'une centaine de personnes », des « amis de Madame Le Pen », qui « prétend régler le problème de la frontière » et « repousser dans la neige de pauvres gens qui s'y trouvent ». Ce à quoi le député FN Gilbert Collard a répliqué, accusant M. Mélenchon de « planer ».

    Au-delà des rangs des députés, l'opération fait également réagir sur Twitter. « Cette semaine, l’UNI a organisé tranquillement la mobilisation des étudiants anti-bloquage et aujourd’hui des jeunes Génération identitaire font leur milice dans les cols alpins pour bloquer les migrants. Sale climat ! » a ainsi écrit la sénatrice de l'Oise et ancienne ministre socialiste Laurence Rossignol.

    Des propos partagés par la sénatrice EELV de Paris Esther Benbassa.

    Alors que la présidente du groupe socialiste Valérie Rabault estimait que l'Etat ne réagissait pas assez fermement à cette opération, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a répondu : « évidemment nous condamnons », mais « tomber dans le panneau de ces gesticulations, c'est faire une publicité à une force qui n'en est pas une ». « Ne règne qu'une seule chose en France, l'ordre républicain que nous garantissons partout », a-t-il assuré.

    Plus tôt dans l'après-midi, la ministre auprès du ministre de l'Intérieur, Jacqueline Gourault, avait assuré que « les services de l'Etat (étaient) pleinement mobilisés pour assurer l'ordre public au col de l'Echelle ». Mais sur place, rapportait alors l'Agence France-Presse, aucune force de l'ordre n'était visible.

    Les derniers militants de Génération identitaire ont annoncé ce dimanche 22 avril qu'ils quittaient le col, tout en promettant de « continuer à patrouiller » dans la semaine « autour du Briançonnais, sur les différentes routes connues pour être des passages de clandestins ». Pendant son installation sur le col de l'Echelle, le groupe n'a rencontré aucun migrant, a indiqué l'un des porte-parole du mouvement d'extrême droite, Romain Esposito. Génération identitaire, habitué aux opérations spectaculaires de ce genre, se félicite néanmoins d'avoir « réussi à attirer l'attention médiatique et politique sur le col de l'Echelle. »

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.