GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: calme précaire à NDDL avant la fin de l'ultimatum du gouvernement

    media (Photo d'illustration) Des occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, pendant l'opération d'évacuation par les CRS, lundi 9 avril 2018. REUTERS/Stephane Mahe

    C'est ce lundi 23 avril qu'expire l'ultimatum donné par l'exécutif aux zadistes de Notre-Dame-des-Landes, la date à laquelle ils devaient avoir déposé leurs dossiers permettant de régulariser leur situation, sous peine d'être expulsés. Quarante de ces dossiers ont été déposés, mais la situation est encore loin d'être réglée.

    Après les violentes expulsions qui avaient opposé gendarmes et zadistes à Notre-Dame-des-Landes, une soixantaine de squats sont encore occupés sur le site. Une présence illégale à laquelle l'exécutif entend bien mettre un terme. C'est le sens de l'ultimatum fixé par la préfecture aux zadistes, qui ont jusqu'à ce lundi pour régulariser leur situation.

    Une main tendue qui a semble-t-il été saisie, puisqu'une quarantaine de dossiers ont été déposés, portant pour la plupart des projets agricoles, mais aussi d'artisanat, de vente et même de l'ébénisterie. La balle est donc maintenant dans le camp des autorités et de la préfète de Nantes Nicole Klein qui doivent décider si elles les valident ou non.

    Risque de nouvelles violences

    Aux yeux de la préfecture, la plupart de ces projets tiennent la route, mais quelques-uns semblent poser problème, puisqu'ils ne sont pas explicitement agricoles, contrairement à ce qui était demandé. Ils risquent donc un refus, qui pourrait rallumer des braises encore chaudes.

    Du côté des zadistes, on estime ainsi que les efforts ont été faits et que c'est désormais à l'Etat de faire un pas dans leur direction, en reconnaissant la dimension collective de leurs initiatives, c'est-à-dire en validant tous les dossiers, puisqu'ils sont tous liés.

    Les affrontements qui avaient éclaté lors de l'opération de démantèlement de la ZAD avaient fait 75 blessés chez les gendarmes et plus de 270 du côté des opposants.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.