GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 10 Août
Samedi 11 Août
Dimanche 12 Août
Lundi 13 Août
Aujourd'hui
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Transparency International dresse un bilan mitigé de Macron à l'Elysée

    media Le président français Emmanuel Macron au palais de l'Elysée à Paris, le 9 avril 2018. REUTERS/Philippe Wojazer

    Cela va bientôt faire un an qu'Emmanuel Macron est arrivé à la présidence française. Le chef de l'Etat avait promis durant sa campagne électorale de restaurer le lien de confiance entre les citoyens et le monde politique. L'ONG Transparency International l'a pris au mot et dresse un premier bilan, avec un commentaire : bien mais peut mieux faire.

    Il y avait de l'espoir, il y a un an. Emmanuel Macron s'était engagé à ce que sa première réforme porte sur la moralisation de la vie publique. La promesse a certes été tenue, se félicite Transparency International, mais pour son patron Marc-André Feffer beaucoup reste encore à faire, notamment à l'occasion de la réforme constitutionnelle.

    « Le sentiment est que le soufflé est un peu retombé, commente-t-il. En particulier, nous sommes très attachés à deux points qui devraient figurer dans la réforme constitutionnelle : le premier c'est l'interdiction de cumuler des mandats successifs et identiques plus de trois fois, le deuxième étant une meilleure indépendance de la justice, car pour lutter contre la corruption, il faut évidemment des magistrats qui ne soient pas soumis à l'arbitraire ou aux instructions de l'Etat. Donc le chemin est encore long pour rétablir la confiance entre les élus et les citoyens. »

    Selon le calendrier du gouvernement, le projet de réforme sera présenté le 9 mai prochain en Conseil des ministres. L'interdiction du cumul des mandats dans le temps devrait bien y figurer, mais avec une exemption de taille : les maires des communes de moins de 9 000 habitants ne devraient pas être concernés.

    A (RE)LIRE → Réforme des institutions en France: les principales mesures du projet

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.