GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Syrie: Lafarge, les dollars et les services de renseignement français…

    media Le logo de la cimenterie Lafarge visible à Paris. Photo prise le 7 avril 2014 à Paris. AFP PHOTO / FRANCK FIFE

    C'est un rebondissement dans l'affaire du financement présumé de l'organisation Etat islamique par le cimentier Lafarge. Entre 2012 et 2014, la filiale syrienne du groupe aurait versé près de 6 millions de dollars à diverses factions armées, dont plus de 500 000 dollars aux jihadistes. L'Etat et le renseignement français ont pu être au courant des agissements du groupe d'après des documents obtenus par nos confrères de Libération et du Monde.

    Un homme est au cœur de l'affaire. Il s'agit de l'ancien directeur de la sécurité de Lafarge mis en examen dans cette affaire. Cet homme s'appelle Jean-Claude Vélard, un ancien commando Marine qui a figuré sur la liste du Front national dans le 15e arrondissement de Paris, aux côtés de Wallerand de Saint-Just. Le trésorier du Front national assure à RFI avoir perdu contact avec lui.

    Libération publie des extraits de son procès-verbal d'audition devant la juge en charge du dossier. Question de la magistrate : « Les services de renseignement ont-ils été informés de la réalité du financement de l'Etat islamique par l'entreprise ». Réponse : « Je ne faisais aucun tri dans les informations que je donnais aux services de renseignement ». La juge le relance, il confirme. Autrement dit, les renseignements français sont bien au courant des échanges entre le cimentier et l'organisation Etat islamique.

    Intermédiaire

    Jean-Claude Vélard fait donc office d'intermédiaire entre son entreprise et les services de renseignements intérieurs ou extérieurs de la France. Pour transmettre ses informations sur le nord de la Syrie à l'Etat, il envoie des messages à une mystérieuse adresse : grosmarmotte@gmail.com. Qui est gros marmotte ? « Quelqu'un de la défense », répond l'ancien cadre.

    Des diplomates sont maintenant entendus par la justice d'après une source diplomatique. Les informations et documents sont bien transmis à la justice, assure-t-on au Quai d'Orsay. L'enquête sur le financement présumé du groupe Etat islamique se poursuit. Six cadres et dirigeants du cimentier restent mis en examen.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.