GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Aujourd'hui
Mardi 21 Août
Mercredi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Duoday: travailler en binôme le temps d’une journée pour sensibiliser au handicap

    media Lors de la deuxième édition, en 2017, 179 binômes avaient été formés. Service presse/Duoday

    Former le temps d’une journée un binôme entre un salarié valide et une personne en situation de handicap, c’est l’initiative nationale organisée, jeudi 26 avril, par le secrétariat d’Etat chargé des Personnes handicapées. Baptisée « Duoday » en France, cette opération est née il y a 10 ans en Irlande sous le nom de « Job shadow day ». Reprise par de nombreux pays européens, elle vise à proposer aux personnes handicapées, une immersion dans le monde du travail.

    « L’initiative Duoday est très enrichissante humainement pour notre entreprise, mais également pour Nicole, qui se plaît bien ici avec nous. » Emmanuel Leballais est le directeur de l’agence d’Evreux de Reprotechnique, une société d’impressions numériques. Il accueille pendant trois jours Nicole, une femme de 57 ans qui souffre de troubles psychiques. En binôme avec un employé de l’entreprise, elle effectue des tâches d’employée de bureau : « Je classe dans de grands classeurs des impressions numériques. Je suis un peu lente, mais c’est un travail qui me plaît bien. »

    Si Nicole à la chance de pouvoir rester trois jours au sein de l’entreprise Reprotechnique, Duoday est une initiative nationale qui dure normalement le temps d’une seule journée. C’est la première fois que le projet est porté au niveau national. Lancé en Irlande en 2008, la première édition française de Duoday avait eu lieu en 2016 sous l’impulsion d'un Esat (établissement et services d’aide par le travail) situé dans le département du Lot-et-Garonne. Une expérience renouvelée localement en 2017 où plus de 90 entreprises et collectivités avaient alors pris part au projet.

    L’objectif : l’inclusion

    Sous l’impulsion et le pilotage du secrétariat d’Etat chargé des Personnes handicapées, l’expérience est désormais testée au niveau national. L’ambition première est « l’inclusion ». Dans une lettre envoyée à la presse, la secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées dit vouloir offrir « une visibilité positive au handicap, afin d’en finir avec le sentiment compassionnel, voire stigmatisant, qu’il inspire ».

    Malgré l’existence d’une obligation d’emploi depuis 2005 imposant aux employeurs d’au moins 20 salariés de procéder à des embauches de personnes handicapées à hauteur de 6% de son personnel, leur situation sur le marché de l’emploi reste précaire. Le taux de chômage des personnes en situation d’handicap avoisine les 19%, soit deux fois supérieur à la moyenne nationale. L’objectif du Duoday du côté des entreprises est pour la secrétaire d’Etat de : « Comprendre le handicap et de sensibiliser les collaborateurs à son inclusion dans leur environnement de travail ».

    « Tout se passe très bien »

    « Ce qu’il est intéressant, c’est qu’au départ, je sentais que mes collaborateurs avaient quelques craintes par rapport à la venue de Nicole, mais au final tout se passe très bien. Elle est encadrée par un des employés et nous avons instauré un petit contrôle de qualité supplémentaire, mais c’est tout », constate Emmanuel Leballais. Pourtant, il le reconnaît : « On ne peut pas accueillir n’importe qui au sein de l’entreprise. On travaille en partenariat avec Ladapt (l'association pour l'insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées) de l’Eure grâce à laquelle Nicole était déjà venue effectuer un stage d’un mois au sein de l’entreprise. C’est cette association qui nous a proposé de prolonger l’expérience avec Duoday. »

    De son côté, Nicole est ravie de l’initiative : « Découvrir des entreprises nouvelles qui utilisent des technologies pointues, ça me plaît. Ici, les gens avec qui je travaille ont beaucoup de connaissances en informatique, ça m’impressionne vraiment. Venir ici, ça me permet également de sortir hors des murs de l’Esat et ça, c’est agréable ! »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.