GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Aujourd'hui
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Grève SNCF: Edouard Philippe reçoit les syndicats de cheminots

    media Un cheminot en grève dans une manifestation contre la réforme de la SNCF, le 19 avril 2018, à Nantes. REUTERS/Stephane Mahe

    Le Premier ministre reçoit, lundi 7 mai, les syndicats de la SNCF. Les quatre fédérations de cheminots et les chefs des centrales syndicales vont défiler chacun leur tour dans le bureau d'Edouard Philippe à la veille d'un huitième épisode de grève. Ces rencontres vont-elles permettre une sortie de crise ? Le chef du gouvernement se dit « extrêmement ouvert, mais ferme ».

    « Je me réjouis qu'ils se réjouissent ». Ironique Edouard Philippe quand il entend les syndicats crier « victoire » après avoir obtenu ce rendez-vous. Les échanges seront en tout cas très cadrés.

    Les limites sont déjà posées. « On va se parler sans remettre en cause ce qui a été voté à l'Assemblée », précise l'entourage d'Edouard Philippe. Pas question donc de revenir sur la réforme du statut des cheminots ou sur l'ouverture à la concurrence.

    En revanche, la porte reste ouverte pour « discuter de la dette » répète Matignon. C'est un peu la carotte brandie devant les syndicats : l'Etat pourrait reprendre tout ou partie des 50 milliards d'euros de dette.

    Et puis l'avenir des cheminots qui passeraient sous pavillon privé reste aussi à discuter. La voie du compromis reste donc étroite. Le chef du gouvernement, qui a croisé des cheminots en colère lors de son déplacement dans le Cher la semaine dernière, n'entend pas céder un pouce de terrain.

    « Les syndicats sont déterminés, nous aussi », lâche un proche du Premier ministre, qui ajoute : « A la sortie, on ne s'attend pas à qu'ils disent " c'est bon, on arrête tout ".»

     ► (RE)ECOUTER :Pourquoi la réforme de la SNCF fait du sur place (Aujourd'hui l'économie)

    Réaction

    Les choses avancent, mais elles avancent lentement. Nous voulons des clarifications sur les financements.

    Laurent Brun

    Secrétaire général de la CGT cheminot

    07/05/2018 Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.