GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
Aujourd'hui
Mardi 26 Juin
Mercredi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Nucléaire iranien: en France, l'opposition charge Emmanuel Macron

    media Les présidents Trump et Macron dans les jardins de la Maison Blanche, le 23 avril 2018. REUTERS/Joshua Roberts/File Photo

    La décision de Donald Trump de se retirer de l’accord sur le nucléaire avec l’Iran continue de faire réagir. En France, l’opposition tire à boulets rouges sur le président, Emmanuel Macron, qui n’a pas réussi à infléchir la position de Donald Trump.

    L’opposition profite de ce revers diplomatique pour attaquer Emmanuel Macron. Nicolas Dupont-Aignan critique son récent voyage aux Etats-Unis : « La com pour la com, les tapes dans le dos, la poignée de main... Tout ça, c'est de la foutaise. »

    → RELIRE: Visite de Macron aux Etats-Unis: l'accord iranien au menu des sujets qui fâchent

    Un avis partagé par le député Les Républicains Daniel Fasquelle : « Ca fait de belles images dans Paris-Match et dans Gala, mais ça a été absolument inefficace. la France s'est prostituée, s'est humiliée dans la relation avec les Etats-Unis, et tout ça pour rien. »

    → RELIRE : A la Une: Donald Trump et Emmanuel Macron en plein «bromance»?

    Daniel Fasquelle qui, comme d’autres à droite et à gauche, reproche à Emmanuel Macron d’avoir fait cavalier seul et d’avoir négligé le poids de l’Europe. Le patron des socialistes, Olivier Faure, lui demande de changer d’attitude : « Moi je préfèrerais, aujourd'hui, que nous renforcions la position européenne avec l'Angleterre, avec l'Allemagne, et que nous soyons dans un jeu collectif qui permette de tenir le bras de fer avec Donald Trump. A force de laisser penser qu'il n'y a pas de position européenne, lui il avance. »

    Face à cette avalanche de critiques, les Marcheurs montent au créneau. « Le président de la République a fait son travail, il a porté la parole de la France, de l'Europe. On n'a pas de désaveu ou de confirmation à attendre d'un chef d'Etat étranger, on lui dit les yeux dans les yeux ce que l'on pense. Si ensuite il décide de persister dans l'erreur, qu'il le fasse », défend Richard Ferrand, leur chef de groupe.

    Et puis à défaut d’avoir convaincu Donald Trump, Emmanuel Macron s’est affirmé comme le leader de l’Union européenne, se félicite une députée En Marche.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.