GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Khashoggi: Reporters sans frontières (RSF) appelle à ne faire aucun «compromis» avec Riyad
    • Ingérence russe dans les élections: Moscou accuse Washington d'avoir «fabriqué» des accusations
    • Moscou dit que 88 000 rebelles ont été tués en Syrie depuis le début de son intervention, il y a trois ans (ministre de la Défense)
    • Attentats à Trèbes et Carcassonne: trois suspects ont été mis en examen et écroués (source judiciaire)
    • Perquisitions LFI: la procureure générale de Paris dénonce «un coup de force» du camp Mélenchon (Europe 1)
    • Inde: vendredi, un train percute une foule; on déplore 60 morts, des personnes rassemblées pour un festival hindou à Amritsar
    • Plusieurs explosions dans des centres de vote à Kaboul (responsable et témoins)
    • Tanzanie: le milliardaire enlevé Mohammed Dewji annonce avoir été retrouvé (tweet)
    France

    L'auteur de l'attaque au couteau à Paris identifié

    media Un policier et un membre de la police scientifique étudient les alentours de l'attaque au couteau dans le centre de Paris, le 12 mai 2018. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

    A Paris, un homme a attaqué des passants au couteau samedi 12 mai, dans le quartier très fréquenté de l'Opéra. Un homme de 29 ans est mort. Quatre personnes ont été blessées. Le quartier a été rapidement bouclé et le meurtrier a été neutralisé quelques minutes après les premiers appels pour signaler l'attaque, vers 21h. Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attaque. L'identité de l'assaillant est désormais connue. C'est selon les autorités un « Français né en Tchétchénie » et fiché S.

    Né en Tchétchénie en novembre 1997, l’auteur de cette nouvelle attaque à l’arme blanche est devenu Français à l’âge de 13 ans lorsque sa mère a été naturalisée. Khamzat A. a grandi dans une famille de réfugiés à Strasbourg, dans l’est de la France, dans un quartier où vit une importante communauté tchétchène.

    Ce n’est pas un petit délinquant. Il n’avait pas d’antécédents judiciaires, mais il était en revanche connu des services de renseignement français. Et en particulier de la section antiterroriste de la brigade criminelle qui l’a interrogé il y a un an, dans le cadre d’une procédure contre un homme qu’il connaissait et qui avait effectué un voyage en Syrie.

    C’est donc en témoin pour ses relations et non pour ses agissements que Khamzat A. était inscrit au FSPRT, le Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation islamiste mis en place après les attentats de novembre 2015 en France.

    «Tire, tire, je vais te planter»

    Les témoins qui ont assisté à l’attaque samedi soir parlent d’un jeune homme aux allures d’étudiant, cheveux mi-longs, la barbe taillée, calme, mais déterminé, au ton presque robotisé quand il se précipite sur le cordon policier lui faisant barrage, menaçant l’un d’entre eux d’un glaçant : « Tire, tire, je vais te planter »

    L’enquête est en cours. Le père et la mère de Khamzat A. sont en garde à vue depuis dimanche matin. Un ami de l'assaillant a également été arrêté dans l'est de la France. Des perquisitions permettront d’en savoir plus : l’examen du téléphone portable, d’un ordinateur s’il y en a, pour dresser le portrait, le parcours et le profil psychologique de ce suspect abattu.

    La section C1, la section anti-terroriste du parquet de Paris, a été saisie sur la foi de plusieurs témoignages concordants, affirmant que l’agresseur aurait crié « Allah Akbar ». Le mode opératoire rappelle aussi les précédentes attaques : à l’heure des sorties un samedi soir, au cœur de Paris dans ce quartier très touristique de l’Opéra avec ses bars et ses nombreux restaurants japonais et coréens notamment.

    Au cours d’une réunion d’état-major, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a indiqué que l’attaque avait été menée avec une « arme rudimentaire », probablement un couteau de cuisine emprunté par l’assaillant dans la cuisine de ses parents.

    Retour sur les faits

    Il est près de 21 heures dans la rue Monsigny quand un homme, qui « a l’air d’un fou » disent les témoins, sort un couteau et s’en prend à des passants. S’ensuit un mouvement de foule, des cris. Des clients se jettent à terre. Très vite, les policiers interviennent. Trois d’entre eux tentent de l’immobiliser. L’agresseur se précipite sur eux. L’un des agents fait alors usage de son pistolet à impulsion électrique avant qu’un autre ne tire à deux reprises et blesse mortellement l’agresseur.

    De nombreux véhicules de secours sont sur place. Le quartier est bouclé. Les sorties de métro alentour sont fermées. Les blessés sont évacués vers l’hôpital Georges Pompidou.

    « Deux personnes ont été blessées grièvement, et ont été transférées à l’hôpital Georges Pompidou ; deux autres personnes sont blessées légèrement », a expliqué le directeur du cabinet du préfet de police de Paris, Pierre Gaudin.


    Individus isolés et moyens du bord

    Depuis l’effondrement de l’organisation Etat islamique, l’organe de propagande du groupe terroriste appelle ses affidés à commettre ces attentats sur place, avec les moyens du bord. « Al-Baghdadi avait appelé à frapper directement sur le sol européen d’une part et par tous les moyens que ce soit d’autre part », rappelle le spécialiste de l'antiterrorisme et de la radicalisation Sébastien Boussois.

    Ce qui aboutit à des attaques au véhicule bélier comme à Nice en juillet 2016, au couteau ouà la machette comme lors de l’attaque des militaires au Louvre il y a un an, le 3 février 2017. Et des actes commis par des individus isolés, comme lors des attaques de Trèbes encore dans le sud de la France le 23 mars.

    En comparaison des commandos du 13 novembre 2015, munis d’explosifs et d’armes de guerre, les attaques apparaissent de moins en moins préparées. Sébastien Boussois, chercheur en sciences politiques, explique cette « transformation complète de la menace terroriste depuis 2015 » par le fait que les jeunes Européens « ne vont plus directement en Syrie » et « ne se forment plus de façon paramilitaire ».

    « On constate progressivement qu’on est dans une importation systématique des méthodes moyen-orientales », précise le chercheur à l’Université libre de Bruxelles. « La tactique du couteau rappelle évidemment celle qui avait eu lieu en Israël, notamment à Jérusalem où un simple couteau, avec une personne derrière, peut créer un véritable état de psychose. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.