GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 27 Mai
Lundi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Référendum irlandais sur la libéralisation de l'avortement: large victoire du oui (sondage sortie des urnes)
    France

    A Brest, un détenu fiché S s'évade lors d'un transfert

    media Un détenu fiché S s'est évadé de la maison d'arrêt de Brest lors d'un transfert médical (photo d'illustration). (DR)

    Un détenu de la maison d'arrêt de Brest (Finistère), s'est évadé ce 16 mai au matin. Il est suivi pour radicalisation et fait l'objet d'une fiche « S » (sûreté de l'Etat). Agé de 21 ans, c'est un détenu de droit commun.

    L'évasion s'est produite entre 9 heures et 10 heures ce mercredi 16 mai au matin. Le détenu, Anthony Pondaven, doit être transféré à l'hôpital depuis la maison d'arrêt. Il est escorté par des surveillants. Le véhicule arrive devant le centre hospitalier. Le jeune homme descend.

    Son lacet est volontairement défait : il demande s'il peut le refaire. Les surveillants acceptent. C'est alors qu'il bouscule un des membres du personnel pénitentiaire devant l'entrée de l'hôpital et prend la fuite, menotté.

    Une voiture l'attend avec deux complices à l'intérieur. Informé la veille de son transfert, il a préparé son évasion. Les surveillants ne sont pas armés. Mais ils peuvent être escortés par des gendarmes.

    Du côté des syndicats pénitentiaires, on s'interroge. Certains déplorent que les surveillants ne puissent pas être armés dans cette situation. Et surtout vu le profil du détenu, fiché S, suivi pour radicalisation avec prosélitisme. Le jeune homme, à seulement 21 ans, a déjà 23 condamnations à son casier judiciaire. Dans sa cellule, deux téléphones portable ont été retrouvés, et une lettre pour la directrice de la prison disant simplement « Je suis libre ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.