GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le dossier Tariq Ramadan de nouveau sous les yeux des juges

    media L'islamologue Tariq Ramadan lors d'une conférence à Bordeaux le 26 mars 2016. MEHDI FEDOUACH / AFP

    La cour d'appel de Paris doit examiner ce mardi matin, en son absence, le recours de Tariq Ramadan que ce dernier a formé après le rejet, le 4 mai dernier, de sa première demande de mise en liberté. Tariq Ramadan, 55 ans, incarcéré depuis trois mois dans le cadre d'une enquête pour viols en France, conteste le refus de sa remise en liberté, invoquant son état de santé et dénonçant les incohérences de ses accusatrices.

    Il est vraiment handicapé, il ne peut quasiment plus marcher, martèle depuis des semaines Emmanuel Marsigny. Mais avant de plaider une remise en liberté pour raison médicale - Tariq Ramadan est atteint d'une schlérose en plaque - son avocat va en premier lieu ce mardi demander un renvoi de l'audience. Faute d'avoir obtenu la présence de son client à l'audience, il estime nécessaire que la cour juge par elle même de son véritable état de santé.

    « J'estime qu'il est utile qu'il puisse comparaître physiquement. On verra un peu le petit vieillard qu'il est devenu. Et surtout, le dossier a considérablement évolué depuis le mois de février avec une nouvelle plainte, avec plein d'éléments. Il m'apparaît indispensable qu'il puisse s'expliquer devant ses juges. On lui refuse l'accès à son dossier, on lui a refusé des parloirs familles pendant un mois et demi, maintenant on lui refuse l'accès à ses propres juges : je trouve ça totalement invraisemblable », s'indigne l'avocat Emmanuel Marsigny.

    La défense affirme que l'hôpital de la maison d'arrêt de Fresnes où est incarcéré Tariq Ramadan depuis plus de trois mois, n'est pas en mesure de lui donner les soins nécessaires. Emmanuel Marsigny propose de nouveau une mise en liberté sous contrôle judiciaire. Ce à quoi le juge des libertés s'est toujours opposé pour éviter tout risque de pression sur les victimes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.