GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le milieu du cinéma inquiet après la perte des droits du foot par Canal+

    media Un micro de la chaîne française Canal+ lors du match de Ligue 1 entre Nantes (FCN) et Lille (LOSC) au stade de la Beaujoire à Nantes. AFP/Jean-Sébastien Evrard

    En France, l'inquiétude grandit dans le secteur du cinéma à cause des droits du football. Canal+ vient de perdre les droits de retransmission de la Ligue 1 au profit d'un groupe espagnol, Mediapro, ce qui pourrait lui faire perdre des abonnés. Or Canal+ est le premier financeur privé du cinéma français. La chaîne finance aussi bon nombre de films européens.

    Les réalisateurs et les producteurs craignent tout simplement de ne plus trouver d'argent pour tourner leurs films. Il faut remonter à la création de Canal+ en 1984. La chaîne obtient alors le droit de diffuser des films en avance par rapport aux autres. En échange, elle consacre 12,5 % de son chiffre d'affaires au pré-achat de films.

    Cela représentait 200 millions d'euros en 2016 et 160 millions l'an dernier. Le gâteau se réduit, car Canal+ perd des abonnés : 1 million de moins en 5 ans. Et avec la perte de la Ligue 1, la situation pourrait s'aggraver. Mathieu Debusschère, délégué général de la Société civile des auteurs réalisateurs producteurs (ARP) ne cache pas son inquiétude.

    « C’est clairement un séisme, une fracture profonde dans le modèle de Canal, regrette-t-il. On verra comment Canal rebondit. Il peut récupérer un certain nombre de droits par le biais de sous licences, je ne sais pas, mais en tout état de cause, en termes d’image pour Canal, c’est quand même un argument très fort qu’il vient de perdre. Donc maintenant à nous de voir avec Canal+ comment on peut construire l’avenir avec eux dans les deux années qui viennent, puisque Canal est quand même lié au cinéma français dans les deux années qui viennent par le biais d’un accord qu’on a signé il y a quelque temps. »

    Deux motifs d'espoir quand même pour les professionnels du cinéma : la réforme à venir de l'audiovisuel public français, si elle met l'accent sur le financement de la création. Deuxième enjeu : la transposition d'une directive européenne qui obligera les plateformes internet comme Netflix, même si elles sont basées à l'étranger, à financer le cinéma français et européen.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.