GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 23 Octobre
Mercredi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Les détenus radicalisés en fin de peine, un casse-tête pour l'Etat français

    media La prison de Fresnes, près de Paris, l'une des plus surpeuplées de France. PATRICK KOVARIK / AFP

    Que sont devenus les ressortissants français, enrôlés dans l'organisation de l'Etat islamique ? Selon les services du renseignement français beaucoup ont péri dans les bombardements de la coalition en Irak et en Syrie et finalement le mouvement de retours des jihadistes a été moins important que prévu. En revanche à Paris, le Conseil national du contre-terrorisme (CNCT) rattaché à  l'Elysée s'inquiète de voir de nombreux détenus en fin de peine, condamnés dans des affaires de terrorisme ou radicalisés, être libérés dans les prochains mois et évoque le chiffre de 450 détenus prochainement libérables.

    Pour le renseignement français, la lutte contre le terrorisme passe par les couloirs de la prison. En 2017, le Bureau central du renseignement pénitentiaire (BCRP)  a été mis en place pour collecter des informations durant la période d'incarcération, mais le Conseil national du contre-terrorisme souligne qu'il faut continuer à suivre les profils les plus inquiétants à leur sortie.

    Selon l'Elysée, les prisons françaises comptent 500 détenus condamnés pour terrorisme. 10% d'entre eux seront libérés fin 2019. La France a été confrontée au jihadisme dès les années 1990, avec les retours de Français endoctrinés en Bosnie et les réseaux de soutien aux GIA algériens.

    Certains détenus condamnés à l'époque arrivent en fin de peine. D'autres se sont radicalisés en prison. Ils seraient plus de 1 200 selon les chiffres officiels. Des prisonniers de droits communs ayant tissé des liens dans la sphère jihadiste. Le tiers de ces détenus sera libéré dans un an et demi.

    A l'Elysée, on réfléchit à la mise en place d'un groupe inter-service de suivi des sortants de prison. Le renseignement français constate que les dernières attaques ont été le fait de terroristes « peu aguerris, peu influencé par l'idéologie, mais passés par la case prison ». A l'avenir, il faudra guetter plus encore les « clés du passage à l'acte », conclut-on au plus haut niveau.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.