GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Attentat du Bataclan: des familles de victimes demandent des comptes à l'Etat

    media Des jeunes allument des bougies en mémoire aux victimes des attaques du Bataclan, le 15 novembre 2015. Reuters

    Deux ans et demi après les attentats de Paris qui avaient fait 130 morts, plusieurs familles de victimes décédées au Bataclan portent plainte contre X pour non-assistance à personne en péril. Elles estiment que les 8 militaires de l'opération Sentinelle présents aux abords de la salle de spectacles quelques minutes après les terroristes auraient dû recevoir l'ordre d'intervenir.

    13 novembre 2015 : 8 militaires armés de leurs fusils d'assaut Famas restent pendant 2h20 devant le Bataclan sans intervenir. Pourtant, à l'intérieur, trois terroristes font 90 victimes.

    Des faits déjà évoqués par la commission d'enquête après les attentats, révélant que les militaires auraient clairement reçu de leur hiérarchie l'ordre de ne pas intervenir en attendant les forces d'intervention rapide.

    Une situation insupportable pour 17 familles qui ont décidé de porter plainte. « Il ne faut pas faire d'amalgame, ce n'est pas nos militaires que nous mettons en cause, mais ces cols blancs qui ont sciemment pris la décision de donner instruction de ne pas intervenir alors qu'ils étaient devant le Bataclan. Ces questions-là taraudent mes clients », souligne Me Samia Maktouf, avocate des parties civiles.

    En cause à l'époque, la chaîne de commandement. Sur le territoire national, aucun militaire ne peut agir sans l'accord de la police qui aurait préféré gérer elle-même l'assaut du Bataclan.

    Certains avocats n'hésitent pas à parler de guerre des polices. Mais depuis ces attentats, les règles d'engagement ont changé. Aujourd'hui, c'est la doctrine du premier arrivé, premier intervenant, qui prévaut.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.