GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Attentat d'Ahvaz: l'Iran convoque trois diplomates européens (agence officielle)
    France

    Devant Sens commun, Laurent Wauquiez ne dévie pas de son «cap»

    media Le patron des Républicains était devant les militants LR de Sens commun à Lyon, le 18 juin 2018. ROMAIN LAFABREGUE / AFP

    Laurent Wauquiez était lundi soir devant les militants LR de Sens commun à Lyon. Et le patron des Républicains s'est montré imperturbable, moins de 24 heures après avoir évincé la numéro 2 de son parti. Depuis plusieurs jours, Virginie Calmels multipliait les critiques, notamment sur le dernier tract édicté par le parti, joignant sa voix à celle de Valérie Pécresse. Pas de quoi déstabiliser Laurent Wauquiez.

    Avec notre envoyée spéciale à Lyon, Anne Soetemondt

    « C’était prévu que ce soit une réunion amicale, entre nous, et très curieusement tout d’un coup, une armada de journalistes, qui jusque-là ne s’y était pas intéressée, s’est tout d’un coup penchée sur notre destin. »

    En pleine tempête politique, Laurent Wauquiez s'affiche détendu. Pas question pour le chef des Républicains de changer de cap. Le patron de la droite assume.

    D'abord son tract dont il reprendra plusieurs fois le slogan « Pour la France reste la France » ; ensuite la méthode. Accusé par Virginie Calmels, Valérie Pécresse et Nicolas Sarkozy de décider seul, Laurent Wauquiez répond que rassemblement ne veut pas dire concession : « Je pense qu’il peut y avoir de la diversité. Je le crois fermement et je pense qu’il faut aussi une colonne vertébrale et qu’il faut un cap. »

    Un cap que Laurent Wauquiez martèle désormais depuis six mois. Malgré les critiques, à chaque discours, les mêmes thèmes reviennent : hausse des impôts, de la dépense publique, de l'islamisme radical ou de l'immigration illégale : « Nous venons de franchir le record de l’accueil d’immigration clandestine dans notre pays et de délivrance de titres de séjour. »

    Une constance saluée par les militants venus rencontrer le patron de la droite ce lundi soir à Lyon : « Il faut une direction. Il ne faut pas aller un jour à droite, un jour à gauche, un jour au milieu », commente l'un d'eux. « Il continue la ligne qu’il a tracée dès le début, rien ne l’arrête », estime une autre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.