GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Attentat en Iran: les Etats-Unis condamnent «toute attaque terroriste, n'importe où» (Nikki Haley)
    France

    Décès d'Ali Ziri en 2009: la France condamnée par la CEDH pour «négligence»

    media Le siège de la Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg (France). AFP PHOTO / PATRICK HERTZOG

    Ce jeudi 21 juin 2018, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a condamné la France pour « négligence » dans le décès d'Ali Ziri, un Algérien de 69 ans, mort en 2009 à la suite d'une interpellation policière.

    La France va devoir verser « 30 000 euros pour dommage moral et 7 500 euros pour frais et dépens » à Annissa Semache, fille d'Ali Ziri, qui avait saisi en juin 2016 la CEDH, institution créée par le Conseil de l'Europe et siégeant à Strasbourg. Ali Ziri avait été interpellé le soir du 9 juin 2009 avec un ami à bord d'un véhicule conduit par ce dernier. Fortement alcoolisés, les deux hommes avaient été transportés au commissariat d'Argenteuil (Val d'Oise) et placés en garde à vue.

    Mort deux jours plus tard

    Tombé dans le coma, Ali Ziri était mort deux jours plus tard à l'hôpital d'Argenteuil. Alors qu'une première autopsie avait imputé son décès à des problèmes cardiaques et à l'alcoolémie, une contre-expertise avait révélé la présence de plus de vingt hématomes, dont certains larges de 17 cm. La CEDH a jugé que « l'immobilisation forcée de M. Ziri par la technique dite du "pliage" (technique d'interpellation policière consistant à maintenir une personne la tête appuyée sur les genoux, NDLR), alors qu'il se trouvait dans un véhicule de police à destination du commissariat, était justifiée et strictement proportionnée au but poursuivi ».

    « Elle considère en revanche que la situation de M. Ziri au commissariat d'Argenteuil a été traitée avec négligence par les autorités et retient que les autorités n'ont pas fait ce que l'on pouvait raisonnablement attendre d'elles pour prévenir le risque de décès auquel il était exposé », poursuit l'institution dans un communiqué. S'ils relèvent « quelques lacunes ponctuelles », les sept juges de la CEDH ont considéré que « il n'est pas possible de remettre en cause l'effectivité de l'enquête réalisée par les autorités ».

    Ali Ziri, retraité de 69 ans, était arrivé en 1959 à Argenteuil où il a travaillé pendant quarante ans comme manutentionnaire, sa famille restant en Algérie. Après trois ans d'enquête, le juge chargé de faire la lumière sur sa mort avait décidé de ne pas poursuivre les policiers impliqués dans l'interpellation, expliquant n'avoir établi « aucun acte de violence volontaire qui aurait été la cause directe ou indirecte du décès ». Et la cour d'appel de Rennes (ouest) avait considéré en 2014 que les policiers n'avaient « fait usage que de la force strictement nécessaire » pour maîtriser les retraités.

    Troisième condamnation pour la France

    C'est la troisième fois en quelques semaines que la CEDH condamne la France dans des cas de violences policières remontant à une dizaine d'années. Début juin, la CEDH avait condamné la France à verser 60 000 euros pour « violation substantielle » du droit à la vie, jugeant qu'un gendarme avait fait un usage disproportionné de la force à l'encontre d'un jeune homme de 20 ans, tué par balle en 2008 alors qu'il était passager d'un véhicule en fuite dans l'Oise. En mai, est devenue définitive une condamnation de la France à verser 6,5 millions d'euros à Abdelkader Ghedir, lourdement handicapé après son interpellation par des agents SNCF et des policiers en 2004. La CEDH avait conclu que l'homme de 21 ans à l'époque avait subi des mauvais traitements et devait être indemnisé par l'État au titre du préjudice matériel et moral.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.