GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la Cour des comptes alerte sur les dépenses de personnel dans la police

    media La Cour des comptes appelle le ministère de l'Intérieur à une «vigilance renforcée» sur la «maîtrise des dépenses» liées à la masse salariale de la police et de la gendarmerie nationale. REUTERS/Vincent Kessler

    La police française coûte-t-elle trop cher ? C'est l'avis de la Cour des comptes qui s'inquiète d'un dérapage des finances du ministère de l'Intérieur dans une note publiée ce jeudi 22 juin. En cause, notamment, le coût élevé des mesures prises pour récompenser les forces de l'ordre, très sollicitées par la menace terroriste.

    Des primes, des aménagements du temps de travail ont été prévus pour récompenser les effectifs policiers qui sont sur le pont depuis plus de trois ans, sollicités par la menace terroriste. Des mesures auxquelles s'ajoutent un plan de revalorisation des carrières, et d'importants recrutements : 10 000 nouvelles embauches sont prévues d'ici 2022.

    Les magistrats de la Cour des comptes s'en inquiètent. Sans juger ces mesures sur le fond ou sur leur pertinence, ils constatent simplement le fait mathématique : les objectifs d'économies sont compromis.

    Le gouvernement ne voit pas de problème

    Pour chaque ministère, le Parlement fixe un plafond de dépense à ne pas dépasser. Pour la mission « sécurité » du ministère de l'Intérieur, c'est 13,5 milliards d'euros maximum, un objectif qui est jugé difficilement atteignable. Tenu par la loi de répondre aux inquiétudes de la Cour des comptes, le gouvernement, lui, ne voit pas de problème.

    Edouard Philippe juge ces risques de dépassement maîtrisés, parce qu'anticipés. Le Premier ministre explique également que des économies doivent d'ailleurs intervenir, avec par exemple des diminutions d'effectifs dans les états-majors.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.