GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot: Neymar annonce qu'il reste au Paris Saint-Germain
    France

    SNCF: la grève perlée prend fin mais la mobilisation se poursuit

    media Un manifestant brandit une pancarte en soutien à la SNCF pendant un rassemblement contre la réforme du gouvernement à Paris, le 19 avril 2018. REUTERS / Benoit Tessier

    Après trois mois de grève perlée, le mouvement de contestation des cheminots prend fin ce jeudi pour les syndicats CFDT et Unsa. Cependant, Sud Rail et la CGT annoncent la reprise de la mobilisation les 6 et le 7 juillet, premier week-end de grands départs en vacances d'été en France. La CGT qui défilera d’ailleurs aujourd’hui avec FO pour la première fois depuis la loi Travail; pour défendre le « modèle social et républicain ».

    Ce jeudi 28 juin signe la fin de la grève unitaire à la SNCF. Après trois mois en pointillé, 36 jours au total, le mouvement s'arrête pour la CFDT et l'Unsa ferroviaire. Lors de l'avant-dernier jour de grève mercredi, le taux de grévistes a connu un nouveau plus bas, en deçà des 9 %.

    De leur côté, la CGT cheminots et SUD-Rail ont décidé de poursuivre le mouvement et ont lancé un appel à la grève les 6 et 7 juillet prochain, jours de départ en vacances. La journée de jeudi clôturera donc trois mois de mobilisation, au lendemain de la promulgation de la loi qui réforme la SNCF et laisse des syndicats divisés.

    Côté voyageurs, la perspective de nouveaux blocages ne réjouit guère. Devant les panneaux d'affichage de la gare Montparnasse à Paris, ce mercredi, la plupart des usagers déplorent la poursuite de la grève : « C’est inadmissible ! C’est bon là, on en a marre. »

    Cet usager était plutôt favorable à la grève, mais au bout de 18 épisodes de perturbations des transports, il a changé d'avis : « Il faut que cela cesse. Les problèmes en plus, il y a beaucoup d’étudiants qui ont fini maintenant l’école, donc qui vont partir en vacances. Ça serait bien quand même qu’ils lèvent le pied. »

    Cependant, quelques rares voyageurs approuvent tout de même la poursuite de la grève : « Qu’ils fassent ce qui leur convient le mieux pour eux. Après tant qu’il y a le minimum. »

    Selon le secrétaire général de la CGT, 85 % des problèmes soulevés par les cheminots ne sont toujours pas réglés.

    FO et la CGT dans la rue

    Par ailleurs, ce même jeudi 28 juin, pour la première fois depuis la loi Travail, Force ouvrière et la CGT appellent à une journée de mobilisation interprofessionnelles, pour dénoncer la politique sociale d’Emmanuel Macron.

    « Le 28 juin, disons stop au "pognon de dingue" pour la finance », lance la CGT des cadres sur la page d'accueil de son site internet

    « C’est une opération ponctuelle qui permet à la CGT de ne pas rester sur l’axe qui lui a été finalement désagréable d’un rapprochement avec les forces de Jean-Luc Mélenchon, analyse Bernard Vivier, directeur de l'Institut supérieur du travail (IST). Et pour Force ouvrière qui vient de changer de secrétaire général, c’est aussi l’occasion d’affirmer une dynamique revendicative nouvelle et de ne pas rester dans la roue d’un mouvement syndical CFDT-CFTC-Unsa qui, globalement, est dans une logique d’acceptation des réformes sur leur principe. »

    A Paris, les manifestants se sont rassemblés à 14h place de la Bastille pour se diriger ensuite vers place de la République.

    C’est beaucoup plus unitaire que ce qu’on a fait depuis quelques mois, parce que FO est là, au niveau de la confédération. Et le message c’est que si le gouvernement pense qu’avec les vacances, tout va rentrer dans l’ordre, nous on lui dit : "c’est la première journée de la rentrée". Rien n’est bouclé. Les égalités s’amplifient. C’est de plus en plus le président des riches, et bien nous on propose une autre répartition des richesses.
    FO et la CGT défilent ensemble à Paris Reportage dans le cortège. 28/06/2018 - par Altin Lazaj Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.