GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Sécurité nucléaire: les principales mesures du rapport de Barbara Pompili

    media Les défauts de l’acier utilisé pour le couvercle de la cuve de l’EPR de Flamanville risquaient de compromettre la solidité du cœur même de plusieurs réacteurs, là où est placé le combustible radioactif. REUTERS/Benoit Tessier

    La France, deuxième pays le plus nucléarisé du monde, compte 58 réacteurs nucléaires implantés dans 19 centrales. Dans un contexte marqué par la catastrophe de Fukushima et par des attentats, après six mois d'enquête de la commission parlementaire sur la sécurité nucléaire et dix mois de travail, le rapport, présenté ce jeudi 5 juillet par la députée LREM Barbara Pompili, pose de nombreuses questions. Il propose également la mise en oeuvre des solutions préconisées.

    Le premier problème soulevé par le rapport est d’abord un problème humain, celui de la sous-traitance : 80% des travaux, que ce soit en exploitation normale ou en maintenance, sont effectués par des entreprises sous-traitantes. En conséquence, on constate une perte de compétences des exploitants comme EDF, la dépendance à des prestataires et une dilution des responsabilités. De plus, les travailleurs en sous-traitance sont moins bien payés, moins contrôlés du point de vue sanitaire et n’ont pas la même culture de sécurité.

    La sous-traitance soulève un second problème, celui de la rigueur technique : on en a vu le résultat avec la non-conformité du couvercle de la cuve de l’EPR de Flamanville, qui doit être changé.

    « Secret défense »

    Mais à de nombreuses questions concernant notamment l’épaisseur des murs des piscines de refroidissement, le transport de combustibles dangereux ou les chutes d’avions, les membres de la commission d'enquête se sont heurtés au « secret défense » invoqué par les pouvoirs publics et par EDF.

    « On a plutôt le sentiment qu'un gros travail est fait pour essayer de protéger les centrales, mais on ne peut pas le vérifier », a regretté Barbara Pompili qui soulève un problème démocratique.

    Du côté financier, seulement 700 millions d’euros sont provisionnés en prévision de catastrophe, de démantèlement et de gestion des déchets, ce qui est largement insuffisant.

    Dans ses préconisations, la commission demande que le risque climatique qui fait monter la température de l’eau et baisser le niveau des rivières soit pris en compte dans l’ordre de fermeture des réacteurs en fonction leur âge.

    Globalement, la commission demande plus de réflexion, de démocratie et de transparence.

    →Ecouter: Barbara Pompili invitée de RFI sur les pistes pour renforcer la sûreté

    Réaction de Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France 06/07/2018 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.