GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Emplois fictifs présumés: 4 nouvelles inculpations au Rassemblement national

    media L'eurodéputé Nicolas Bay, dont le nom circule pour conduire la liste du parti aux élections Européennes, lors d'un débat au Parlement européen à Strasbourg, le 5 février 2018. REUTERS/Vincent Kessler

    Une mauvaise nouvelle de plus pour le Rassemblement national, ex-Front national : après la retenue, à titre préventif, de deux millions d’euros, la justice française a prononcé de nouvelles mises en examen dans le cadre de l'affaire des assistants présumés fictifs d'eurodéputés. Parmi eux, Nicolas Bay, l’un des cadres du parti dont le nom circule pour prendre la tête de la liste aux Européennes.

    La mise en examen Nicolas Bay, coprésident du groupe dans lequel siège le RN au Parlement européen, n’est pas vraiment une surprise, mais elle est assurément un nouveau coup dur pour Marine Le Pen et son camp.

    Le nom de l'eurodéputé étant cité, parmi une poignée d’autres, pour prendre la tête l’an prochain de la liste aux Européennes. Nicolas Bay, qui dénonce une persécution judiciaire, est mis en examen pour abus de confiance comme Marine Le Pen dans la même affaire.

    Deux autres membres du parti d’extrême droite sont poursuivis depuis ce lundi matin : deux assistants parlementaires dont l’effectivité du travail est questionnée par les magistrats en charge de l’instruction.

    Des juges sur lesquels Marine Le Pen tire à boulets rouges depuis qu’ils ont décidé de retenir, à titre préventif, deux millions d’euros d’aide publique

    « Pas étonnant qu’ils continuent sur leur lancée », réagit Marine Le Pen sur RFI. « Ils n’instruisent qu’à charge, dans un procès politique et nous ont d’ores et déjà déclaré coupables ». « Ce qui se joue dans cette affaire, c’est la survie de notre parti et la vitalité de la démocratie » met en garde la présidente du RN.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.