GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Handball: l'équipe de France féminine remporte l'Euro 2018 en battant la Russie en finale (24-21). C'est le 1er titre européen des Bleues
    Dernières infos
    • France: Alexandre Benalla de nouveau mis en examen pour des violences le 1er mai à Paris
    • Yémen: l'émissaire des Nations unies exhorte les belligérants à respecter l'accord de trêve (Twitter)
    • Brésil: le fils de Bolsonaro se déclare en faveur d'un référendum sur la peine de mort («O Globo»)
    • Mort de Bernard Darty, cofondateur de l'enseigne d'électroménager (Fnac Darty)
    France

    Affaire Benalla: Gérard Collomb auditionné lundi au Parlement

    media Le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb, le 12 juillet 2018 à Innsbruck, en Autriche. REUTERS/Lisi Niesner/File Photo

    Perquisition, gardes à vue... L'enquête Benalla, du nom de l'ancien « monsieur sécurité » du président Macron, qui s'est pris pour un CRS sans la moindre habilitation policière en marge du défilé du 1er-Mai, a connu de nouveaux développements ce samedi 21 juillet 2018. Et la commission des Lois de l'Assemblée nationale souhaite auditionner publiquement, face caméra, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb dès lundi prochain. Il passera ensuite devant le Sénat.

    Alexandre Benalla « rendra des comptes à la justice, mais Emmanuel Macron, lui, va devoir rendre des comptes aux Français », estime le président du parti LR, Laurent Wauquiez, dans Le Figaro. « Si Macron ne s'explique pas, l'affaire Benalla deviendra l'affaire Macron », renchérit la présidente du RN (ex-FN), Marine Le Pen, tandis que M. Mélenchon (FI) a écrit au Premier ministre.

    Alors que les oppositions sont vent debout pour réclamer des explications sur l'affaire Benalla, notamment celles du président de la République lui-même, le ministre français de l’Intérieur sera auditionné dès lundi matin. Gérard Collomb répondra aux députés de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, qui a repris ses discussions ce samedi sur les modalités des auditions à venir.

    Première question sur la table : les auditions de la commission seront-elles publiques ? La réponse est oui, le blocage de vendredi a été levé sur ce point. La majorité plaidait pour des auditions à huis clos, mais elle a dû céder : les débats seront finalement transparents, sauf sur les questions touchant à la « sûreté de l’Etat » ou si un fonctionnaire demande le huis clos.

    Deuxième question : qui sera auditionné par la commission parlementaire ? La liste définitive des personnes à interroger n’a pas été arrêtée. Elle fait l’objet de débats difficiles. La présidente de la commission, Yaël Braun-Pivet (groupe majoritaire, LREM), a annoncé l’audition du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb et du préfet de police de la ville de Paris, Michel Delpuech.

    Pour le reste, la députée La République en marche propose six autres policiers et deux responsables de la sécurité et de l’organisation de l’Elysée. Trop peu, juge l’opposition, qui pousse son avantage et réclame l’audition d’Alexandre Benalla lui-même, ainsi que d'autres très proches du président Macron. La bataille de la liste n’est donc pas terminée, elle devrait durer tout le week-end.

    → À relire : L'Elysée accusé d'avoir voulu étouffer l'affaire Benalla

    L'opposition française souhaiterait ainsi entendre le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kolher. Ou encore le patron du parti présidentiel, à savoir le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner. Principale interrogation : pourquoi et comment le désormais ancien « monsieur sécurité » d'Emmanuel Macron s'est-il retrouvé à jouer les CRS le 1er-Mai ?

    Garde à vue prolongée pour Alexandre Benalla

    Frappé d'une procédure de licenciement, le très jeune garde du corps, qui était adjoint du chef de cabinet de l'Elysée, a été placé en garde à vue vendredi. GAV prolongée ce samedi. Son domicile d'Issy-les-Moulineaux a été perquisitionné ce samedi, et trois policiers, qui avaient été suspendus pour lui avoir transmis mercredi soir des images de vidéo-surveillance, ont été placés en garde à vue aussi ce samedi matin.

    Le 1er mai dernier, Alexandre Benalla, présent en tant qu'observateur lors des manifestations de la fête du Travail, a clairement dérapé. Portant une casque de CRS, il a agressé deux manifestants, dont un homme à terre. Des révélations du Monde. Une vidéo publiée par Mediapart a ensuite permis d'établir qu'il avait fait arrêter cet homme par les gendarmes et les CRS, sans aucune habilitation policière.

    Depuis lors, les révélations fusent. On a découvert que M. Benalla a bénéficié d'un logement de fonction dans le prestigieux 11, quai Branly, près de la tour Eiffel. Lui qui n'était que gendarme de réserve et n'avait que peu d'expérience à part quelques missions de sécurité privée s'est retrouvé propulsé, avec l'élection d'Emmanuel Macron dont il assurait la protection, à un poste à haute sensibilité.

    La protection d'un président est une tâche rare pour un novice. Normalement, c'est le GSPR, le Groupe de sécurité de la présidence de la République, qui est en charge de ce genre de missions. Depuis 2017, on a vu M. Benalla de plus en plus fréquemment aux côtés de M. Macron. Lors de déplacements officiels. Ou encore à vélo, au Touquet, lors d'un week-end du président en famille.

    → Lire aussi : Benalla, une affaire d’Etat (revue de presse française)

    Nous devons auditionner tous les acteurs de cette affaire, y compris au plus haut sommet de l'Etat. Le secrétaire général de l'Elysée doit être entendu, naturellement. Deuxième question: y a-t-il une police parallèle organisée par La République en marche? Il est essentiel que les responsables LREM puissent être entendus devant notre commission.
    L'affaire Benalla en débat à la commission d'enquête 21/07/2018 - par Anthony Lattier Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.