GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Alexandre Benalla et les quatre autres suspects mis en examen

    media L'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron Alexandre Benalla lors des manifestations du 1er-Mai à Paris. REUTERS/Philippe Wojazer

    L'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, ainsi que quatre autres suspects ont été mis en examen ce dimanche 22 juillet dans le cadre de l'enquête sur les violences commises lors des manifestations du 1er-Mai.

    Alexandre Benalla, adjoint au chef de cabinet du président de la République, et Vincent Crase, employé de LREM, ont tous deux été mis en examen pour « violences en réunion » et « immixtion dans l'exercice d'une fonction publique ». M. Benalla est également inculpé de « port public et sans droit d'insignes réglementés », « recel de détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection » et « recel de violation du secret professionnel », et M. Crase de « port prohibé d'une arme de catégorie B ». Alexandre Benalla risque jusqu'à 3 ans de prison et 45 000 euros d'amende.

    Trois policiers, des haut gradés de la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de la préfecture de police de Paris (un chef d'état-major adjoint, un commissaire et un commandant), ont également été mis en examen pour « détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection » et « violation du secret professionnel ». Il leur est reproché d'avoir transmis à Alexandre Benalla des images de vidéo-surveillance.

    Tous les cinq ont été placés sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet.

    Alexandre Benalla et Vincent Crase avaient été filmés en train de frapper des manifestants le 1er mai, alors qu'ils accompagnaient les forces de l'ordre en tant qu'observateurs. La vidéo avait été diffusée sur les réseaux sociaux, mais ce n'est que mercredi 18 juillet que l'identité de le collaborateur d'Emmanuel Macron a été révélée par le quotidien Le Monde. L'histoire s'est rapidement transformée en affaire d'Etat, l'opposition accusant le pouvoir d'avoir tenté d'étouffer l'affaire.

    L'Elysée a reconnu avoir eu très rapidement connaissance des agissements d'Alexandre Benalla, mais n'avait pas saisi la justice, se contentant de le mettre à pied pendant 15 jours en mai. Ce n'est que vendredi que son licenciement a été annoncé.

    Réunion à l'Elysée

    Malgré les révélations en chaîne, notamment sur les avantages accordés à M. Benalla – logement de fonction dans une dépendance de l'Elysée, badge d'accès à l'hémicycle de l'Assemblée nationale –, et la pression exercée par les ténors de l'opposition qui réclament des comptes, le chef de l'Etat reste silencieux. Emmanuel Macron prendra la parole publiquement « quand il le jugera utile », indique son entourage ce dimanche soir après une réunion à l'Elysée rassemblant plusieurs membres du gouvernement.

    La même source rapporte que le chef de l'Etat considère les faits reprochés à son ex-collaborateur « inacceptables » et promet qu'il n'y aura « pas d'impunité ». Le président a demandé au secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler de « mener la réorganisation pour éviter qu'un tel dysfonctionnement se reproduise ». Outre le chef de l'Etat, la réunion rassemblait le Premier ministre Edouard Philippe, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux et le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Christophe Castaner.

    Cette réunion intervient alors que Gérard Collomb est attendu ce lundi matin devant la commission des Lois de l'Assemblée nationale, qui s'est dotée de prérogatives d'enquête. Il sera ensuite mardi devant la commission d'enquête sénatoriale, qui pourrait aussi entendre mercredi le directeur de cabinet du président de la République Patrick Strzoda.

    Qu'attendent les élus de ces auditions ? « Que la vérité soit faite, dit le député de l'opposition, le socialiste Luc Carvounas, qu'on nous explique pourquoi M. Benalla avait accès à autant d'avantages, autant de passe-droits, quelles étaient ses vraies fonctions, dans quel dispositif voulu par le président de la République, tout cela couvert - mais sur ordre - par Gérard Colomb, au vu et au su de Christophe Castaner puisqu'un de ses employés collaborait avec M. Benalla. Il y a un mélange des genres entre collaborateurs politiques et militants politiques. Ca s'appelle une police politique. C'est un dispositif occulte qui en plus renvoie sur le fait que finalement le président de la République ne fait pas confiance aux services de police de la République française. La commission d'enquête doit lever le voile sur tout cela. »

    En attendant, l'affaire monopolise les débats, au point de contraindre le gouvernement à suspendre jusqu'à nouvel ordre l'examen de la révision constitutionnelle voulue par Emmanuel Macron, pour le « reprendre ultérieurement dans des conditions plus sereines », comme le réclamait l'opposition. L'examen de ce texte était bloqué depuis jeudi soir par la multiplication de « rappels au règlement » et de suspensions de séance.

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.