GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: Alexandre Benalla visé par deux nouvelles plaintes après son interview

    media L'ancien conseiller en sécurité auprès d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, sur le plateau de la chaîne TF1, le 27 juillet 2018, lors de son interview. AFP / TF1

    « Une affaire d'été et pas une affaire d'Etat » : ce sont les mots d'Alexandre Benalla, qui s'est exprimé sur TF1. Dans un exercice de communication rôdé, l'ancien collaborateur du président Emmanuel Macron s'est justifié pendant 26 minutes lors du Journal télévisé de 20 heures ce vendredi 27 juillet. Il s'agit pour lui d'une histoire « banale », de droit commun. Quelques heures après l’enregistrement de l’interview, vendredi en matinée, on a appris que deux nouvelles plaintes visent désormais Alexandre Benalla.

    Vendredi 28 juillet dans l’après-midi, deux militants communistes ont porté plainte contre X pour « violences » : Alexandre Bennala et Vincent Crase, un de ses proches, sont explicitement visés.

    Trois heures avant l'incident de la place de la Contrescarpe à l’origine de l’affaire, les deux hommes ont également procédé à une autre interpellation musclée. Cela s’est passé dans le Jardin des plantes : une jeune femme, qui fait partie d'un groupe de militants, filme leur parcours. Dans cette vidéo révélée par le journal Libération, on voit Alexandre Benalla et Vincent Crase protester contre la vidéaste. La jeune militante est ceinturée à la taille - d'après son récit - puis plaquée contre un arbre, alors que filmer dans la rue ou en lieu public n'a rien d'illégal.

    Dans la première affaire, la plus connue, les deux jeunes de la place de la Contrescarpe, eux, n'ont pas porté plainte, mais se sont constitués partie civile. Puis le Parquet de Paris, en miroir, a ouvert une enquête préliminaire pour « violences sur personnes dépositaires de l'ordre public ». Cela dans le but de savoir qui a commis des violences sur les CRS ce jour-là : ce qui pourrait éventuellement expliquer le comportement d'Alexandre Benalla, veulent croire ses avocats.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.