GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: l'ubuesque perquisition de l'appartement d'Alexandre Benalla

    media A droite du président Macron, son ex-chargé de mission à l'Elysée, Alexandre Benalla, le 24 février 2018 au Salon de l'agriculture, à Paris. REUTERS/Stephane Mahe/Pool

    Alexandre Benalla, mis en examen pour « violences en réunion » et « port public d'insignes réglementés », a commencé à donner sa version des faits aux enquêteurs. Avec aplomb, l'ancien chargé de mission d'Emmanuel Macron n'hésite pas à contredire l'Elysée, qui était au courant selon lui, dès le 1er mai 2018, que des images de vidéosurveillance tournaient sur les réseaux. Alexandre Benalla est aussi revenu sur les coulisses de la perquisition ubuesque de son domicile.

    Le 20 juillet dernier, les enquêteurs préviennent Alexandre Benalla qu'ils vont perquisitionner son domicile d'Issy-les-Moulineaux.

    Problème, selon le principal intéressé : c'est sa compagne qui détiendrait le seul trousseau de clés, et elle serait à l'étranger !

    Qu'à cela ne tienne, comme ils en ont l'autorisation du parquet, les policiers prévoient d'entrer de force.

    Mais arrivés devant la porte blindée de l'appartement, impossible de l'ouvrir. A 21h, un scellé est apposé -un simple autocollant selon l'hebdomadaire Le Canard Enchaîné- et la perquisition remise au lendemain matin.

    une tierce personne avait dû emmener les armes « en lieu sûr »

    Au petit jour, un serrurier parvient enfin à crocheter la porte. Le scellé est intact et pourtant, surprise ! Impossible de mettre la main sur le coffre où sont censés se trouver trois pistolets et le fusil à pompe d'Alexandre Benalla.

    Ce dernier répondra aux enquêteurs qu'une tierce personne « a dû les emmener en lieu sûr par mesure de sécurité, car des journalistes rodaient près de l'immeuble ».

    Loin de lui l'idée de « dissimuler quoi que ce soit », jure-t-il. Quelques jours plus tard, Alexandre Benalla apportera lui-même ses armes aux policiers.

    Par ailleurs, lors d'une perquisition au siège du parti La République en marche, trois pistolets ont été trouvés dans les locaux du parti.

    → À relire : Le baroud d'honneur de l'opposition à l'Assemblée dans l'affaire Benalla

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.